ACCUEIL 27.11.2014 Mis à jour à 08h38

La Russie dans l'OMC: ce que cela va changer

International

Depuis 18 ans, durée record, le pays négocie son installation dans l'organisation mondiale du commerce. Bénéfices et risques de cette adhésion.

Mis à jour le 10.07.2012 2 Commentaires
Des députés communistes russes manifestent, devant la Douma, leur refus contre l'entrée du pays dans l'OMC.

Des députés communistes russes manifestent, devant la Douma, leur refus contre l'entrée du pays dans l'OMC.
Image: AFP

Articles en relation

Partager & Commenter

L’entrée de la Russie dans l’Organisation mondiale du commerce (OMC), ratifiée mardi par la Douma (chambre basse), doit permettre au pays de diversifier et moderniser son économie, au prix selon ses détracteurs d’un coût social élevé.

La crise a eu raison de Poutine

Car le pays était partagé sur les bénéfices de cette adhésion. Vladimir Poutine, au pouvoir depuis 2000, avait d’ailleurs mis plusieurs fois en garde contre le prix à payer pour en faire partie. Mais la crise économique mondiale, qui a mis la Russie à genoux en 2008-2009, a fini de persuader les autorités du bien-fondé de cet accès.

«Nous avons épuisé les possibilités de croissance basée sur une hausse importante de la production et l’exportation d’hydrocarbures», qui pour l’heure sont le pilier de l’économie russe, rappelait la semaine dernière Alexeï Portanski, directeur du bureau d’information sur l’adhésion de la Russie à l’OMC. Il faut «produire et exporter des produits concurrentiels», ajoutait-il.

Ouverture du marché et méfiances

En intégrant l’OMC, la Russie doit baisser ses droits de douane, qui passeront en moyenne de 9,5% à 6% d’ici à 2015. Cela doit permettre d’ouvrir un peu plus le marché russe aux produits étrangers et de fait stimuler la concurrence, élément essentiel pour forcer les entreprises à moderniser leur production.

Mais cette mesure inquiète les opposants à l’adhésion, qui craignent que cela signe tout simplement l’arrêt de mort de certaines industries et entreprises héritées de l’époque soviétique - d’autant plus que la Russie devra réduire le montant de ses subventions destinées à soutenir ses producteurs nationaux.

Certains secteurs seront nettement plus affectés que d’autres, et en particulier l’industrie agro-alimentaire, la construction et le génie mécanique, soulignent les analystes de Renaissance Capital dans une étude. Des faillites et des plans sociaux sont à prévoir, soulignent les détracteurs de l’intégration. Selon eux, d’ici à 2020, ce sont près de 1,9 million d’emplois qui devraient être supprimés.

Les autorités reconnaissent que certains secteurs vont effectivement souffrir, mais soulignent qu’elles ont élaboré une série de mesures pour compenser les risques pesant sur certaines branches. A l’inverse, le secteur des métaux, l’industrie chimique, les services financiers, les transports et les télécommunications devraient être les principaux bénéficiaires de cette réduction des droits de douane, selon Renaissance Capital.

Augmentation de la dette?

Les opposants à l’entrée dans l’OMC soulignent par ailleurs que la baisse des droits de douane va représenter un manque-à-gagner pour le budget du pays, malvenu en période de turbulences importantes sur les marchés mondiaux.

Mais selon la Banque mondiale, la Russie gagnera, grâce à l’amélioration de la productivité et de la compétitivité des entreprises, l’équivalent de 3,3% de son produit intérieur brut, soit environ 49 milliards de dollars, dans les trois ans suivant l’intégration à l’organisation. Et sur 10 ans, elle devrait gagner environ 11% de son PIB, soit 162 milliards de dollars, estime la BM.

Les foyers russes devraient voir leurs revenus augmenter en moyenne de 7,2% par an, indique l’institution. La baisse des prix stimulera la consommation dans certains secteurs et profitera nettement au consommateur, selon la même source. Selon Natalia Minachkina, une responsable au ministère du Commerce, la baisse des taxes réduira le prix notamment des automobiles et des médicaments. (afp/Newsnet)

Créé: 10.07.2012, 18h40

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

2 Commentaires

Patrick Luder

10.07.2012, 18:55 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 0

Géologiquement,la Russie fait partie de l'Europe, non ? Du moment que nos marchés sont de toute manière envahis par les produits Chinois, je ne vois pas d'objections à ce qu'ils soient aussi envahis par des produits Russes, peut-être seront-ils un peu de meilleure qualité. Enfin quand nous n'aurons plus d'emplois il sera temps de remettre de la régulation dans nos marchés ... Répondre



Super héros, Louis Vuitton, fleuri, à poids... Les meilleurs du web!