Jeudi 25 août 2016 | Dernière mise à jour 06:19

Violeur en cavale «C’est une bombe prête à exploser de nouveau»

Dr Liliane Daligand, psychiatre, experte auprès des tribunaux et professeure à l’Université de Lyon 1 a pu observer le violeur en 2003.

Image: DR.

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Vous avez pu observer Fabrice A. lors de son procès en 2003. Quel souvenir en avez-vous?

Celui d’un homme glaçant qui a quelque chose de bestial en lui et donnant l’impression, alors, qu’il ne pouvait qu’aller dans l’aggravation s’il récidivait. Je trouve incroyable qu’on ait pu laisser une femme seule avec un type pareil!

Les faits qui lui étaient reprochés étaient pourtant inquiétants…

Il avait fait traîner les choses longtemps. Sa victime m’avait raconté qu’il la menaçait, passait son couteau sur son corps tout en fumant et en rigolant. Elle s’est vue mourir et pourrir dans cette forêt. C’est d’ailleurs ce qui serait très probablement arrivé si elle n’avait pas senti qu’elle devait l’amener à la jouissance malgré les difficultés qu’il avait à rester en érection.

Aujourd’hui, vous êtes inquiète.

Violer jusqu’à tuer est comme une drogue. Il y a une addiction à la violence. Maintenant qu’il y a goûté, Fabrice A. va recommencer. C’est une bombe prête à exploser de nouveau. Les policiers ont intérêt à le retrouver rapidement.

(Créé: 14.09.2013, 10h00)

Sondage

Les robots facteurs de La Poste sont-ils une bonne solution?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.