ACCUEIL 31.7.2014 Mis à jour à 12h38

Chloé raconte sa semaine de captivité

Enlèvement

La jeune Chloé lève le voile pour la première fois sur sa semaine de captivité entre le Gard et l'Allemagne.

Mis à jour le 25.11.2012 4 Commentaires

Image: AFP

Liens

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Dans un témoignage diffusé dimanche soir sur M6, elle avoue avoir eu «peur de mourir» tout en restant évasive sur d'éventuelles agressions sexuelles de son ravisseur.

Cette interview n'était initialement pas prévue, précise la chaîne, mais l'adolescente de 15 ans, dont les parents avaient demandé de respecter la vie privée lors d'une conférence de presse à son retour d'Allemagne, est apparue alors que l'équipe du magazine «66 Minutes» interrogeait sa mère, et a finalement accepté de répondre à quelques questions, le visage flouté.

Le 9 novembre, Chloé rentre en scooter à son domicile de Barjac (Gard). «Je me suis garée près du garage et il y a un homme qui est rentré dans la cour (...) J'essaie de partir en courant, je suis tombée, il m'a menée jusqu'à la voiture», raconte-t-elle, selon le script de l'interview transmis à l'AFP.

Commence pour la jeune fille une longue épreuve. Enfermée pendant des heures dans le coffre du véhicule, elle se retrouve en Italie avant de rejoindre l'Allemagne. Au cours de cette semaine, elle dit n'avoir bu qu'un litre et demi d'eau et avoir peu mangé, ne pas s'être lavée et n'être sortie de la voiture que quand elle et son ravisseur se trouvaient dans des endroits isolés.

«Au début, ça a été difficile», confie-t-elle. «J'ai baissé les bras et je me suis dit, je ne rentrerai jamais chez moi (...) et là, ça a été horrible pendant plus de 24 heures, j'étais anéantie». «Quand on vous enlève de votre famille et de votre vie, on ne peut pas faire autrement qu'avoir peur. C'était l'inconnu pour moi. Oui, j'ai eu peur. J'ai eu peur de mourir, de ne jamais rentrer chez moi», souligne Chloé.

Son ravisseur présumé, Kamel Bousselat, toujours détenu en Allemagne, «ne voulait pas (lui) faire de mal directement», assure l'adolescente, avant d'ajouter: «Après, ça ne veut pas dire que je n'ai pas subi d'autres choses mais c'est tout ce que je pourrai dire». (afp/Le Matin)

Créé: 25.11.2012, 11h53

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

4 Commentaires

yvette laemmler

25.11.2012, 14:13 Heures
Signaler un abus 80 Recommandation 6

Courageuse jeune fille je lui souhaite de pouvoir se reconstruire et de reprendre sa vie le mieux possible Répondre


Alain Merly

27.11.2012, 02:13 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 0

Heureusement que son visage est flouté ! Répondre



Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne