Vendredi 30 septembre 2016 | Dernière mise à jour 23:14

Justice Crime de Frasses (FR): prison à vie requise

Le procureur général fribourgeois a considéré que les deux prévenus originaires des Balkans sont bien les tireurs qui ont abattu un père de famille kosovar devant femme et enfants une nuit de mai 2013.

Les prévenus seraient bien les auteurs de l’homicide, et non de «simples» complices.

Les prévenus seraient bien les auteurs de l’homicide, et non de «simples» complices. Image: Laurent Crottet

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Cet homicide est certainement le plus violent, le plus brutal, le mieux préparé et le plus froidement exécuté que le canton de Fribourg ait connu depuis longtemps. Ce réquisitoire se veut à l’image de ce crime: direct. Sa conclusion sera brutale.»

C’est une peine de prison à perpétuité qui a été requise à l’instant par le procureur général Fabien Gasser dans l’affaire de l’assassinat de Frasses (FR), village proche d’Estavayer-le-Lac où Selim, un père de famille de 36 ans avait été criblé de balles devant sa maison une nuit de mai 2013, sous les yeux de sa femme et de ses enfants. Un épisode sanglant survenu dans un contexte de vendetta qui décime deux familles kosovares depuis une quinzaine d’années (le père et le frère de la victime avaient déjà subi le même sort).

Bien que le chef de file du Ministère public fribourgeois concède que «la lumière n’a jamais été faite jusqu’ici sur le véritable sens de ce conflit», les deux prévenus (des trentenaires kosovar et macédonien) seraient bien les auteurs de l’homicide, et non de «simples» complices. Lesquels auraient agi selon les préceptes moyenâgeux dits du «droit coutumier» (le «Kanun», qui exhortait à «laver le sang par le sang»), «un code d’honneur suranné, archaïque, qui n’a aucune place dans une société moderne comme la nôtre».

«Je considère en outre que Selim, dont la famille n’était pas irréprochable, n’était pas la cible de cette attaque», a lancé Fabien Gasser, qui est d’avis que la personne visée par les tireurs n’était autre que l’un des frères de la victime. Il avait été question que ce dernier se rende au domicile de son frère le soir des faits.

La Cour criminelle de la Broye fribourgeoise rendra son verdict vendredi prochain, entre les murs du tribunal de Romont. (Le Matin)

(Créé: 21.01.2016, 10h03)

Sondage

Faut-il introduire la préférence indigène lors des embauches?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.