ACCUEIL 28.6.2016 Mis à jour à 07h40

Gang Jamahat: des violences sans fin

Enquête

De nouveaux témoignages accablent les trafiquants des Montagnes neuchâteloises. Le climat de peur continue alors qu’une vidéo annonce leur vengeance.

Par Ludovic Rocchi. Mis à jour le 27.12.2012 41 Commentaires
Lieu de rencontre et non de trafic, le petit café de l’Univers était assidûment fréquenté par les minables caïds des Montagnes.

Lieu de rencontre et non de trafic, le petit café de l’Univers était assidûment fréquenté par les minables caïds des Montagnes.
Image: Sandro Campardo

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Un climat de peur continue d’entourer le gang Jamahat à La Chaux-de-Fonds et au Locle. Ce réseau de petites frappes est traqué depuis des mois par la justice neuchâteloise. Mais les trafiquants d’herbe aux méthodes ultraviolentes conservent des soutiens sur fond d’esprit de solidarité entre «frères» islamistes. Des menaces et des appels à la vengeance circulent sur Internet et dans la rue.

Trois nouvelles arrestations

En date du 12 décembre, un morceau de rap inédit du groupe Jamahat a par exemple été posté sur YouTube. Les minables caïds y déversent leur haine – «Nique leur justice». Et leur goût de revanche – «Le jour J, on viendra se venger». Des paroles pas complètement en l’air. Alors que le meneur, le Tchétchène I., était déjà en prison préventive, un de ses lieutenants, J., a blessé au couteau un des revendeurs du réseau. Une manière de perpétuer le régime de terreur instauré par le Tchétchène.

J. fait d’ailleurs partie des trois nouveaux membres du gang arrêtés ce mois sur ordre du procureur Nicolas Feuz. «Le noyau dur commence à être neutralisé», confirme ce dernier. En tout, six jeunes hommes sont désormais placés en détention préventive: trois sont d’origine d’ex-Yougoslavie, deux de Tchétchénie et un d’Afghanistan.

Pour le procureur, les références à l’islam restent accessoires. Un trafic de marijuana portant sur des centaines de milliers de francs est reproché à ces jeunes réfugiés. «Mais c’est d’abord la violence de leurs méthodes qui nous occupe», explique Nicolas Feuz. Outre le racket systématique de jeunes paumés, l’enquête doit toujours éclaircir le déroulement de scènes de quasi torture.

La police a déjà investigué dans de nombreux garages souter-rains des Montagnes neuchâteloises, mais aucun lieu n’a encore été définitivement identifié par le premier plaignant. Ce jeune Loclois a osé révéler comment il a été séquestré deux nuits de l’été 2011 et violenté gravement par I. et ses deux lieutenants D. et H.

Tenu en laisse comme un chien

La peur de témoigner et les dénégations concertées des prévenus rendent l’enquête difficile. Mais d’après nos informations, de nouveaux indices sont apparus sur d’autres passages à tabac. Un revendeur portugais aurait ainsi subi les pires sévices dans les sous-sols d’un parking de La Chaux-de-Fonds. Humilié, roué de coups, tenu en laisse avec une ceinture autour du cou: rien ne lui aurait été épargné.

D’autres témoignages relativisent la dangerosité du gang. «La justice et les médias en font des supercaïds. Mais ils étaient tellement à la masse que ce n’était pas si difficile de leur tenir tête», indique un connaisseur du milieu.

La longue liste des victimes de racket et de violence déjà recensées (une trentaine) fait toutefois froid dans le dos. Y compris aux tenanciers du paisible café de l’Univers dont le gang Jamahat avait fait son stamm. «Leurs actes font peur, mais ils savaient se montrer courtois et polis comme clients», indique le patron.

(Le Matin)

Créé: 28.12.2012, 09h41

41

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

41 Commentaires

Christian RITTENER-RUFF

28.12.2012, 11:25 Heures

En place de pleurer, allez voter déjà pour l’initiative de l'UDC, le seul parti qui veut faire avancer les choses dans le bon sens. Répondre


Patrick Page

28.12.2012, 16:30 Heures

Svp ne critiquez pas ces pauvres réfugiés qui ont fui les violences dans leur pays...Il faut les comprendre ces petits bouts de choux, il n'ont connu que ça et ne sont pas capable de faire la distinction entre le bien et le mal!Ce sont de petits si fragile:-)C'est en gros ceux que dirons les ONG et les bisounours pour les défendre becs et ongles sous prétexte d'humanité... Répondre



Sondage

Faire ses courses sans supermarché, cela vous tente?