ACCUEIL 27.5.2016 Mis à jour à 16h08

«Il n'exprime aucun regret, rien!»

Procès

Anthony Draoui est demeuré enfermé dans son monde chaotique au premier jour de son procès en appel, au grand dam du père de la joggeuse de 17 ans, tuée en 2011 en Ardèche.

Mis à jour le 02.02.2016 34 Commentaires

1/9 Anthony Draoui, fortement amaigri, a fait appel de sa condamnation à 30 ans de prison en 2014 pour le meurtre, en 2011, de Marie-Jeanne Meyer, une joggeuse de 17 ans.- février 2016
Image: AFP

   

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Barbe et cheveux soignés, silhouette amincie de 20 kilos, l'accusé, 23 ans, est méconnaissable par rapport au temps de son premier procès le 3 octobre 2014, devant la cour d'assises de l'Ardèche. Il avait été condamné à trente ans de réclusion criminelle, assortie d'une période de sûreté des deux tiers pour le meurtre de Marie-Jeanne Meyer à Tournon-sur-Rhône le 18 juin 2011.

Mais son attitude est la même: absence de regrets et d'empathie. Le jeune homme, incapable d'expliquer pourquoi il a fait appel, s'est vite attiré les foudres de la présidente, Geneviève Perrin. Voix morne, regard fuyant, nombreux tics, agressivité ou passivité totale, il a été plusieurs fois rappelé à l'ordre: «Sortez les mains de vos poches!» Asseyez-vous!« Et lui de rétorquer: »J'ai pas fini de parler!«

L'avocat général François Raffin a demandé que la circonstance aggravante de récidive légale soit appliquée, en tenant compte de condamnations à de la prison avec sursis dans l'adolescence. La cour doit trancher sur cette demande, ce qui rendrait l'accusé passible de la réclusion à perpétuité.

»L'avocat général fait un mauvais coup à M. Draoui mais il fait aussi un mauvais coup à la justice«, s'est indigné pour la défense Me Alain Riou. »On change les règles du jeu avec beaucoup de désinvolture«, a-t-il estimé.

Pour les experts psychiatres, Anthony Draoui a une »personnalité borderline, réactionnelle à des angoisses d'abandon« mais »pas de troubles psychiatriques avérés«. »On veut tout le temps m'hospitaliser d'office en psychiatrie. Je veux une contre-expertise!«, proteste avec véhémence l'intéressé.

Un rapport de psychologues note une »incapacité à nouer une relation affective sauf avec une mère +sorcière+« alcoolique et toxicomane, à laquelle il est uni par un lien à la fois »destructeur et indestructible«.

Draoui n'a pas connu son père biologique et le père adoptif dont il porte le nom a été expulsé au Maroc quand il avait quatre ans, pour trafic de drogue. Errant de foyers en familles d'accueil, il quitte le système scolaire à 13 ans et finit dans la rue peu avant le meurtre. Les experts décrivent une »agressivité croissante« chez le jeune homme, avec une forte tendance aux crises de violence, accompagnées de pyromanie.

En face de lui, une famille qu'il ne regarde pas et qui a éclaté sous l'effet du drame. Le couple Meyer, leur fils de 20 ans et leur fille de 16 ans, peinent à supporter l'énoncé de ce qu'a subi Marie-Jeanne, dont le corps avait été retrouvé partiellement démembré et calciné au fond d'une fosse recouverte de pierres sur les hauteurs de Tournon.

Draoui continue à nier avoir démembré le corps dont il ne restait qu'un tronc et un visage calcinés. »Vous faites erreur«, a-t-il martelé quand on l'accuse d'avoir tranché les membres de la jeune fille avec une hache retrouvée sur les lieux. »Ça a été provoqué par la crémation.«

»Pour moi, c'est exclu que des lésions aussi nettes et symétriques viennent d'une crémation«, affirme à la barre un expert légiste, mettant l'accusé face à ses incohérences.

Aux interruptions de séance, la famille montre une grande photo de Marie-Jeanne, cheveux très bruns, peau mate et visage fin souriant derrière de fines lunettes noires. Brillante élève de 1ère S, elle préparait son bac de français quand elle a croisé Anthony Draoui sur le chemin de grande randonnée 42.

»Il n'exprime aucun regret, rien!«, s'étrangle le père, Jean-Philippe.

Mais pour l'accusé, »les regrets ça sert à rien. Il s'est passé ce qui devait se passer, c'est tout!«, répète-t-il en boucle.

Le verdict est attendu mercredi.

il/cr/cam

» (afp/Le Matin)

Créé: 02.02.2016, 08h51

34

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

34 Commentaires

June Gargo

02.02.2016, 09:52 Heures

Et les experts psychiatres disent que ce type n'est pas malade? Il faudrait revoir les diplômes de ces toubibs, et voir s'ils le sont vraiment. En France, on a déjà vu des procès avec des experts peu qualifiés. Répondre


Conrad Roth

02.02.2016, 10:09 Heures

Non mais elle se prend pour qui cette juge? on n'est plus au 18-19ème siècle, s'il veut mettre ses mains dans les poches il en à le droit (et il a bien eu raison de répliquer). Ce qui n'enlève rien à la gravité de son crime. Répondre



Sondage

Former les pêcheurs amateurs pour tuer proprement les poissons, est-ce une bonne idée?




Les salaires à plus d'un million des grands patrons sont-ils justifiés?

Oui, ils font aussi gagner des millions

 
21.0%

Non, c'est hors de proportion

 
76.1%

Je n'ai pas d'avis sur la question

 
2.9%

2713 votes au total

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne