ACCUEIL 22.10.2014 Mis à jour à 14h00

La petite chienne «Cali» égorgée par des renards

Lausanne

A deux pas de sa maison, près du parc du Denantou, à Lausanne, une petite chienne pékinoise croisée s’est fait déchiqueter vivante par trois goupils.

Par Anne-Florence Pasquier. Mis à jour le 07.08.2012
C’est dans cet état épouvantable que les maîtres ont retrouvé «Cali».

C’est dans cet état épouvantable que les maîtres ont retrouvé «Cali».
Image: DR

Dans les bras de leurs maîtres, «Cali» (à g.) et l’autre pékinois de la famille. (Image: DR)

Partager & Commenter

Mots-clés

«Je ne supporte pas la vue de ces terribles images», raconte Paola Landolt, encore tout attristée et choquée de la perte de sa chienne «Cali», âgée de 4?ans.

Le dimanche 30 juillet dernier, cette propriétaire canine, habitante du quartier du Denantou, à Lausanne, était bien loin d’imaginer ce qui attendait sa chère «Cali», à quelques pas seulement de la maison. Alors que ses maîtres soupaient, la porte entrouverte sur le jardin, la chienne en a profité pour sortir dans l’herbe. A son grand malheur! Après 22h, comme elle ne répondait pas aux nombreux appels, ses maîtres tout inquiets partent à sa recherche. Et là, à 10?m de leur salle à manger, ils découvrent la scène horrible: trois renards en train de déchiqueter leur petite chienne!

Chassés à coups de pied

«Le dévorer ainsi, c’est un véritable acte de violence», s’indigne le père de la propriétaire, François Landolt, alors sur les lieux. «Il a fallu écarter les renards à coups de pied pour qu’ils abandonnent le cadavre. Ils nous fixaient dans les yeux sans aucune crainte.» Scandalisé, François Landolt tenait à en parler pour que les gens soient avertis. Pour lui, nul doute que ces renards n’étaient même pas affamés, car à force d’être nourris, «ces animaux ont complètement perdu leur état sauvage».

Sébastien Sachot, conservateur de la faune du canton de Vaud reconnaît que «ce cas est rarissime. Nous n’en avons pas eu de similaires ces dix dernières années.» Et de préciser: «Il y a parfois des cas d’agressions de veaux mort-nés en campagne. Mais l’agression de cette chienne est typique des renards. Ils dévorent le museau, les oreilles et la tête.»

Si dans le canton de Vaud, les renards sont en diminution car ils sont décimés par la gale, leur densité est en revanche supérieure à 5,5 individus par kilomètre carré en ville de Lausanne. Les surveillants de la faune effectuent des interventions ciblées à la demande des citoyens ou des communes. «Mais nous n’avons pas comme consigne de les éliminer, car c’est impossible. Plus on en prélève, plus ils se reproduisent», complète Sébastien Sachot.

«Dans la vallée de Joux, un renard était entré au 1er?étage d’une maison pour se nourrir. Il n’avait plus peur des humains», se souvient le conservateur. Se basant sur une brochure de la Ville de Zurich - qui connaît aussi une prolifération de renards - il recommande tout particulièrement «d’éviter de les fidéliser. Par exemple, en déposant le sac-poubelle le matin plutôt que le soir, et en disposant de composts fermés». (Le Matin)

Créé: 08.08.2012, 07h38

Sondage

Cinq ans ferme pour meurtre par négligence, la sentence qui frappe Oscar Pistorius vous semble...




Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne