ACCUEIL 31.10.2014 Mis à jour à 22h25

«Le doute, ce n’est pas fait pour les chiens»

Procès Ségalat

Septième et dernier jour du procès de Laurent Ségalat. La matinée est consacrée aux plaidoiries de la défense.

Par Benjamin Pillard. Mis à jour le 01.06.2012
Les trois défenseurs de Laurent Ségalat, le bâtonnier Français Gilles-Jean Portejoie, les Vaudois Stefan Disch et Marie-Pomme Moinat.

Les trois défenseurs de Laurent Ségalat, le bâtonnier Français Gilles-Jean Portejoie, les Vaudois Stefan Disch et Marie-Pomme Moinat.
Image: AFP

Dossiers

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

Les trois défenseurs de Laurent Ségalat, le bâtonnier français Gilles-Jean Portejoie, les Vaudois Stefan Disch et Marie-Pomme Moinat, se succèdent à la barre ce matin pour plaider l’acquittement de leur client, accusé d’avoir tué sa belle-mère, la municipale de Vaux-sur-Morges (VD) Catherine Ségalat, le 9 janvier 2010.

Leur mission: distiller le doute chez les juges en vue de l’appréciation finale du dossier qui aura lieu cet après-midi. Le doute que l’avocat de la partie plaignante Jacques Barillon avait qualifié de «tarte à la crème» hier lors de sa plaidoirie; l’incertitude comme ultime outil juridique d’une cause désespérée.

«Vous les Suisses avez gravé ce doute dans la procédure pénale, rappelle Me Portejoie, en répondant à Me Barillon. En France, nous ne l'avons pas fait, même après Dils, même après Outreau. Comment pouvez-vous parler de tarte à la crème?» Pour le bâtonnier français, l’affaire est entendue: pas d’arme du crime, pas de mobile, ni de geste fou, ni d’aveu. «Le doute c’est pas fait pour les chiens; vous ne pouvez qu’acquitter. Ce n’est pas un échec pour l’instruction judiciaire. C’est tout le contraire; c’est ce qui fait sa grandeur; vous feriez preuve de courage. En acquittant vous tourneriez la page, vous vous tourneriez vers l’avenir.» Et de conclure que la famille est certainement aussi dans le doute, du côté des proches de l’accusé comme ceux de la victime, et qu’elle peut «se reconstituer».

La Cour du Tribunal criminel vaudois de la Côte, sis à Renens (VD, rendra son jugement en fin de journée. (Le Matin)

Créé: 01.06.2012, 11h53

Sondage

Faut-il réglementer le ski hors-piste?





Rubriques: Suisse · Monde · Sports · Faits divers · People · Loisirs · Société · Economie · Auto-Moto · High-Tech · Santé
Outils: Recherche · RSS · Mobile · Météo
Le Matin: Contacts · Publicité · Annonce · Services clients · Conditions générales · Cercle de lecteurs · Charte des commentaires · Impressum