ACCUEIL 16.4.2014 Mis à jour à 12h06

Le tueur à gages proposait aussi de couper les oreilles

Procès

Le propriétaire de plusieurs restaurants indiens est soupçonné d’avoir voulu faire tuer celui qu'il accusait d'être l’amant de sa femme.

Par Valérie Duby. Mis à jour le 12.09.2012 9 Commentaires
Le palais de Justice de Genève.

Le palais de Justice de Genève.
Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

S., l’homme qui comparait pour instigation à tentative d’assassinat devant le tribunal correctionnel de Genève, est âgé de 33 ans. Originaire d’Inde, il est arrivé en Suisse en 1996. Deux ans plus tard, il rencontre celle qui deviendra son épouse et la mère de ses trois enfants. Côté business, cela marche plutôt bien. S. a ouvert plusieurs restaurants et un magasin de tabac à Genève. Côté cœur en revanche, c’est plutôt la crise, depuis qu’il soupçonne un employé d’entretenir une relation avec son épouse. Nous sommes au début de l’année 2008.

S. est d’une jalousie terrible. Il fait placer un logiciel espion sur le téléphone de sa femme. Son rival supposé, qui vient du même village d’Inde, le hante. L’obsède. «Chez nous en Inde, les hommes ne prennent pas les femmes des autres», dit-il aux juges du tribunal. Il dit être resté à l’époque prostré dans son appartement, boire plus que de raison. En avril 2008, l’un de ses amis lui présente un Albanais capable de «faire mal pour 11 000 francs ou de tuer pour 100 000 francs.» «On m’a donné les prix pour couper les oreilles, casser les bras. J’ai été choqué», explique le prévenu.

Il ne s’arrête pas pour autant. Entre désormais en scène un autre tueur à gages, un certain «Rio», qui est chargé de faire le travail. «Rio» est en réalité un agent infiltré, mais S. ne le sait pas. Les deux hommes se mettent d’accord sur 20 000 francs. S. a une seule exigence: il veut la preuve que le travail a été fait… La suite? Le policier lui montrera le film d’une fausse exécution. S. sera arrêté et emprisonné avant d’être remis en liberté en juillet 2008 contre une caution de 100 000 francs. Le procès se poursuit avec les témoignages de deux policiers. Le jugement sera rendu demain. (Le Matin)

Créé: 12.09.2012, 11h13

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

9 Commentaires

Carl Frank

12.09.2012, 12:38 Heures
Signaler un abus 17 Recommandation 0

Franchement, ils font comment, tous ces gens, pour trouver des tueurs à gage? Il faut déjà avoir un pied dans la pègre, non? Répondre


joe zbinden

12.09.2012, 11:53 Heures
Signaler un abus 13 Recommandation 0

Trop forts ces flics ils devraient tourner dans des films de Luc Besson Répondre



Sondage

Faut-il réglementer le ski hors-piste?