ACCUEIL 19.4.2014 Mis à jour à 16h20

Les folles pubs de la NRA

Etats-Unis

Depuis la tuerie de Newtown, la National Rifle Association renforce sa publicité et voit affluer de nouveaux membres.

Par Laszlo Molnar. Mis à jour le 01.02.2013 74 Commentaires

1/20 «Un cambrioleur n'essayerait pas de désarmer cette femme. Les représentants que vous avez élu ont promis de le faire pour lui.»

   

500 000

C’est le nombre de nouveaux membres de la NRA depuis la fusillade de Newtown.

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

La National Rifle Association (NRA) ne désarme pas. Ce lobby américain des pro-armes continue de militer, principalement par voie d’affiches et d’encarts publicitaires, pour empêcher toute limitation d’achat d’armes à feu dans le pays. Une campagne qui lui a permis d’attirer 500 000 nouveaux membres depuis la fusillade de Newtown où 20 enfants de 6 à 7 ans ont été tués par un tireur fou le 14 décembre.

Mais, pendant qu’elle fait campagne, le nombre des victimes des armes à feu ne cesse de s’accroître. Un homme a tué le chauffeur d’un bus scolaire mardi en Alabama et retenait toujours en otage hier un enfant de 6 ou 7 ans. Par ailleurs, une jeune fille de 15 ans a été abattue sans raison apparente mercredi à Chicago, alors qu’une personne était tuée par un forcené en Arizona. Des morts qui ont été amplement évoquées hier par la presse alors que s’ouvrait au Congrès une première session sur la limitation des armes à feu. Un sujet brûlant dans un pays qui a vu plus de 1400 personnes se faire abattre depuis le massacre de l’école Sandy Hook. Cette violence est à l’origine de la volonté du président Barack Obama de faire interdire les fusils d’assaut et les gros chargeurs.

Paradoxalement, ces tueries sont à l’origine du succès de la NRA, estiment des spécialistes. Beaucoup de citoyens pensent en effet que désarmer la population ne suffirait pas à les protéger d’un tueur. Ils préféreraient pouvoir l’abattre eux-mêmes en premier. Nicholas Dungan, un spécialiste de politique américaine, estime toutefois que, malgré l’énorme battage médiatique de la NRA, «les pro-armes ne sont plus forcément majoritaires dans le pays. Depuis la fusillade de Newtown le dégoût de la violence s’est accentué dans la population», nous a-t-il expliqué. (Le Matin)

Créé: 01.02.2013, 16h59

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

74 Commentaires

José Silva

01.02.2013, 17:38 Heures
Signaler un abus 76 Recommandation 20

Le Matin ne vise pas les armes aux US mais les armes en Suisse, ne l'oubliez pas. Répondre


Pierre Savary

01.02.2013, 19:17 Heures
Signaler un abus 54 Recommandation 17

Le succès de la NRA depuis 2 mois n'est pas du à la publicité qu'elle fait, ou au fait que les américains souhaitent s'armer plus pour se défendre. Mais simplement au fait que des personnages comme le sénateur Feinstein, au niveau fédéral, le gouverneur Cuomo a New York, ou le président Obama, proposent des lois anti constitutionnelles, et que de + en + de citoyens veulent proteger leurs droits. Répondre



Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne