Vendredi 9 décembre 2016 | Dernière mise à jour 19:56

Insolite Première réunion de... l'Amicale du Gras

«Arrêtons de tout dégraisser!»: l'Amicale du gras, qui réunit chefs, vignerons, charcutiers et autres amateurs de cochon, s'est réunie pour la première fois mardi autour de ce slogan, et a remis les premiers «Prix cochon».

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Assez de ces gens qui enlèvent le gras. Sans gras, il n'y a pas de goût!» a proclamé la présidente de l'association, créée en avril 2013, Frédérick e. Grasser Hermé.«Il ne s'agit de faire des excès mais de dire qu'on en a marre de l'aseptisé», a-t-elle poursuivi. L'Amicale du gras, qui compte quelque 80 membres, «réunit les mangeurs, des amateurs de gras brut aux amoureux d'un cochon de lait encore rosé». «Il faut apprendre à manger le gras comme on apprend à faire l'amour en laissant la lumière allumée», préconise encore l'association.

Une ode au goût, à la vie

L'Amicale a distingué l'écrivain culinaire Suzy Palatin, ainsi que Loïc Hénaff, PDG de l'entreprise bretonne Hénaff, numéro un des pâtés et rillettes en conserve en France, et le chef Yves Camdeborde. En guise de trophée, ils ont reçu, dans une ambiance bon enfant, un petit cochon sculpté bleu, blanc ou rouge. «Pour quelqu'un pratiquement né dans une porcherie, c'est un beau symbole!» a déclaré Yves Camdeborde. «C'est un animal qui me plaît. Je m'amuse en le cuisinant. Il y a même une tête de cochon empaillée dans mon restaurant», a-t-il raconté à l'AFP.

«Un restaurant sans gras, c'est un restaurant sans vie», a-t-il lâché.Pour ce chef, «la charcuterie revient. Tout le monde veut remettre en valeur la race (de cochon, ndlr) de sa région». Le charcutier Gilles Vérot explique avoir adhéré à l'Amicale «par sympathie»: «Tout ce qu'on peut faire pour la qualité, ça me motive!» «Il faut manger de bonnes choses, du bon gras». Pour lui, l'Amicale est «une ode au goût, à la vie» et «à contre-courant du diktat de la minceur». (AFP/Le Matin)

(Créé: 09.04.2014, 11h58)

Sondage

La fin de la franchise à 300 francs peut-elle responsabiliser les assurés aux coûts de la santé?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.