Jeudi 8 décembre 2016 | Dernière mise à jour 06:25

France Un policier abat son ex en pleine rue

Un policier de 35 ans a tué samedi son ex-compagne, âgée de 25 ans, de trois balles tirées avec son arme de service, à proximité d'un rond-point d'Alès (sud de la France).

Image: Image d'illustration/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après le drame, il s'est rendu au commissariat de la ville et «s'est constitué prisonnier», a précisé à l'AFP la procureure de Nîmes, Laure Beccuau, évoquant un «drame familial».

La victime a été retrouvée morte dans sa voiture, a précisé une source proche du dossier. Selon les premiers éléments de l'enquête, le policier aurait suivi son ex-compagne, avant de la coincer et de faire feu à trois reprises.

L'enquête a été confiée au service régional de la police judiciaire.

Dans le cadre de l'état d'urgence mis en place au soir des attentats du 13 novembre, le port de l'arme de service par les policiers, lorsqu'ils ne travaillent pas, a été largement assoupli.

Les policiers qui le souhaitent peuvent porter leur arme de service en toute occasion, même en dehors de leur zone d'activité et de leurs horaires de travail, répondant ainsi à une demande de longue date des syndicats de police.

Hors état d'urgence, en théorie, les policiers en repos doivent laisser leur arme dans leur service ou chez eux, mais cette pratique fluctue en fonction des spécialités. (afp/nxp)

(Créé: 27.02.2016, 17h55)

Sondage

Seriez-vous tenté par un smartphone low cost à moins de 100 francs?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.