ACCUEIL 28.6.2016 Mis à jour à 17h00

Vidéo d'un viol diffusé sur le web: deux jeunes arrêtés à Perpignan

France

Une enquête avait été ouverte dimanche soir, après la diffusion sur les réseaux sociaux d'images d'une jeune femme violée par deux hommes.

Mis à jour le 04.01.2016 10 Commentaires
L'agression a eu lieu à Evry (F), commune située à vingt-six kilomètres au sud-est de Paris.

L'agression a eu lieu à Evry (F), commune située à vingt-six kilomètres au sud-est de Paris.

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Deux jeunes hommes d'une vingtaine d'années ont été arrêtés à Perpignan pour la diffusion d'une vidéo de viol présumé sur les réseaux sociaux, qui avait entraîné l'ouverture d'une enquête à Evry dans l'Essonne (F), a-t-on appris lundi de source policière. La sûreté départementale de Perpignan a été chargée de deux enquêtes pour «diffusion d'images pornographiques sur internet et pour suspicion de viol aggravé», a déclaré à l'AFP le directeur départemental Yannick Janas.

Il faudra déterminer la part de contrainte de la relation sexuelle entre ces deux hommes, placés en garde à vue, et une femme elle aussi majeure, sur fond d'alcool, a-t-il ajouté.

«On est sur fond d'alcool», a insisté M. Janas, qui affirme détenir des «éléments» permettant de dire que si la diffusion des images est répréhensible, la relation sexuelle ne l'est pas forcément.

La vidéo incriminée, probablement tournée avec un smartphone, est un montage d'un peu moins de 5 minutes, a constaté un journaliste de l'AFP.

On y voit deux hommes en survêtement, dont on n'aperçoit jamais le visage, boire du whisky et fumer des joints avec leur victime présumée, apathique, qui paraît droguée ou alcoolisée.

La vidéo est agrémentée de commentaires écrits dégradants sur leur victime tout au long du viol présumé.

L'existence de cette vidéo a été largement relayée dimanche sur les réseaux sociaux par les internautes, la plupart choqués, qui ont prévenu en ligne les autorités. Une enquête en flagrance avait été ouverte dans l'Essonne, car les deux agresseurs étaient supposés être originaires du département. (afp/Le Matin)

Créé: 04.01.2016, 12h21

10

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

10 Commentaires

Doris Botta

04.01.2016, 12:54 Heures

C'est bien les réseaux sociaux..... qu'ils les retrouvent et qu'ils soient sévèrement punis. Ça j'y crois un peu moins !!! Répondre


Martin Chappuis

04.01.2016, 15:22 Heures

Chez nous ces gens seraient expulsés.. On me dit dans l'oreillette que ça serait plutôt 3 mois avec sursis, zut. Répondre



Sondage

Faire ses courses sans supermarché, cela vous tente?




Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons