ACCUEIL 29.6.2016 Mis à jour à 22h29

À 90 ans, expulsé pour avoir nourri des pigeons

Témoignage

Un Genevois est mis à la porte de son appartement avec un délai de six semaines, sur dénonciation de voisins convaincus qu‘il nourrit des oiseaux.

Par Benjamin Pillard. Mis à jour le 02.05.2014 102 Commentaires

Image: Gettyimages

 Accablé par la décision de sa régie (résiliation de bail datée du 16 avril), le nonagénaire genevois explique que des graines ne sont plus laissées sur sa loggia depuis le décès de son épouse il y a deux ans.

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

«Ce qui m’arrive est scandaleux, impensable! Je ne suis pourtant pas un combinard ni un affairiste!» C’est avec un sentiment de pudeur empli de gêne que Charles* a accepté de nous raconter son incroyable galère. Il y a deux semaines, ce retraité de 90 ans a été avisé par courrier recommandé que le bail à loyer de son appartement situé au cœur de Genève est résilié au… 31 mai prochain. «Pour justes motifs», stipule la régie Brolliet SA, à Carouge, qui dénonce un «comportement intolérable»: avoir nourri des pigeons après les avoir laissés entrer sur son balcon.

«Ce n’est plus le cas depuis le décès de ma femme, il y a deux ans!» s’insurge Charles, établi dans ce trois-pièces depuis plus de cinquante ans. «Et ça n’était pas un crime!» s’insurge celui qui a toujours payé ses loyers en avance, «réglés comme du papier à musique». La gérance indique que c’est à la suite de plaintes de voisins que les propriétaires, constitués en coopérative, ont décidé de résilier le bail de cet ancien enseignant. «Je ne comprends pas que l’on puisse être si méchant», reprend Charles, qui évoque le temps révolu de la «camaraderie entre locataires». «Aujourd’hui, au lieu des confidences, c’est la magouille, les coups par-derrière…»

«Des voisins reçoivent des fientes de pigeons, nous sommes certains qu’elles viennent de chez lui», explique le président de la coopérative d’habitation, Guy Tornare, également membre du PDC Ville de Genève. «J’ai moi-même failli recevoir un excrément sur la tête lors d’une visite», complète Claude Guillod, l’un des administrateurs de la société (13 immeubles) et fondé de pouvoir à la régie Brolliet, qui qualifie les fientes de «dangereuses». «Elles peuvent contenir des maladies; nous nous devons de protéger nos sociétaires.» Et de trouver «dommage» que Charles n’ait pas «obtempéré»: «Ce qui arrive à ce monsieur est triste, mais c’est parce qu’il ne nous a pas écoutés que nous en sommes arrivés là.»

Un trois-pièces à 900 francs

Guy Tornare précise que c’est suite aux récents travaux de rénovation de l’immeuble (achevés en février) que la situation, connue «depuis de nombreuses années», ne peut plus être «tolérée». «Son comportement dégraderait l’appartement, nous ne pouvons plus nous permettre de laisser aller.» La coopérative conteste en bloc avoir voulu se séparer d’un locataire âgé peu rentable (quelque 900 fr. par mois, charges comprises). «Nos loyers après rénovation restent très modestes, il n’y a rien d’abusif dans notre décision, insiste Claude Guillod. C’est une question d’hygiène.»

«Cela ne justifie pas une résiliation de contrat!» tonne l’avocat de la section genevoise de l’Asloca, Me Christian Dandrès, qui se dit «extrêmement choqué» par le «degré de crapulerie» de la régie. L’association a été alertée du cas mardi par l’Hospice général cantonal. «Les propriétaires cherchent des motifs de résiliation pour procéder à un changement de locataire, c’est indécent, surtout avec quelqu’un de cet âge!» poursuit celui qui est aussi député socialiste. «Il y a un risque que la personne décompense et se rende en EMS; l’appartement serait ainsi libéré…»

Sans enfants, un frère décédé, Charles n’a pas de plan B. «Je vais rester!» jure le nonagénaire, qui n’a plus que deux semaines pour recourir devant la Commission de conciliation en matière de baux et loyers. (Le Matin)

Créé: 02.05.2014, 11h20

102

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

102 Commentaires

Jacqueline Soldati

02.05.2014, 11:34 Heures

Scandaleux! L'excuse de nourrir les pigeons!..pour le renvoyer...Les pigeons portent des maladies: quelle expression d'ignorant. Les excréments de pigeons pourraient porter des virus ou des bactéries, mais on ne se contamine pas comme cela...il faudrait en trouver dans la nourriture que nous aurions ingérés peut-être...mais en tant que êtres humains en bonne santé, nous avons des anticorps... Répondre


marcel clerc

02.05.2014, 11:42 Heures

C'est tout simplement ignoble et je souhaite le pire dans l'avenir à ces voisins haineux. Répondre



Sondage

Faire ses courses sans supermarché, cela vous tente?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne