ACCUEIL 23.7.2014 Mis à jour à 00h00

«Les armes doivent appartenir à l’Etat»

Fusillade en Valais

Pour Heiner Studer, membre du comité militant pour la protection des armes, la tuerie de Daillon (VS) montre à nouveau que l'accès aux armes doit être mieux contrôlé en Suisse.

Par Sandrine Perroud. Mis à jour le 03.01.2013 141 Commentaires
Heiner Studer a siégé au Conseil national suisse de 1999-2007 pour le Parti évangélique argovien.

Heiner Studer a siégé au Conseil national suisse de 1999-2007 pour le Parti évangélique argovien.
Image: Keystone

Galerie Photos

Fusillade mortelle à Daillon

Fusillade mortelle à Daillon
Un homme âgé de 30 ans a tué par balles trois personnes et en a blessé deux autres mercredi le 2 janvier 2013 à Daillon, près de Conthey (VS).

Articles en relation

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Heiner Studer se bat depuis des années pour un meilleur contrôle des armes en Suisse. Pour cet ancien conseiller national, actuellement président du Parti évangélique suisse, il est urgent que le sujet revienne sur la table des discussions au Parlement.

Il l’a dit jeudi dans un entretien au site du Tages-Anzeiger, en réaction à la fusillade de Daillon (VS) qui a fait trois morts et deux blessés mercredi soir.

Ce drame illustre bien selon lui à quel point l’initiative «Pour la protection face à la violence des armes», rejetée par le peuple en février 2011, était importante. Les armes devraient être contrôlées par l’Etat dans une vraie démocratie, et non laissées aux mains de privés. Hélas, la volonté fédérale d’établir des lois plus restrictives en la matière fait défaut, déplore Heiner Studer.

Il en appelle ainsi à relancer le débat lors de la prochaine session parlementaire de mars. Tout en sachant que le sujet est un véritable serpent de mer en Suisse.

En tant que membre de l’initiative «Pour la protection face à la violence des armes», Heiner Studer ne connaît que trop bien l'attachement aux armes que ressentent de nombreux Suisses.

Symbole de la neutralité

«La culture des armes en Suisse n’est pas celle des Américains, mais beaucoup de gens considèrent que l’arme de service fait partie de notre tradition», explique l’ex-conseiller national. «Les gens de ma génération, celle de l'après-guerre, ont grandi dans l’idée qu’ils doivent la défense de la Suisse (face au IIIe Reich de Hitler, ndlr) à l’armée de milice. Les armes sont aussi un symbole de notre neutralité».

Mais cette vieille idée doit prendre fin, selon Heiner Studer. Pour lui, trop de personnes ont un accès facilité aux armes, et notamment aux armes de service de l’armée, que l’on trouve dans de nombreux foyers. Celles-ci représentent autant de menaces potentielles à la sécurité.

Le tireur présumé de Daillon a pu se procurer plusieurs armes alors que la police lui en avait confisqué en 2005 pour des raisons de sécurité. La facilité qu’il a eue à en acheter n’étonne guère Heiner Studer.

Une police mieux équipée

Pour lui, il paraît peu probable d’éviter un tel drame dans l'état actuel de la législation. Par contre, donner plus de moyens à la police, pour qu'elle soit bien formée et mieux équipée, pourrait minimiser les risques de tueries similaires à l'avenir.

«Les armes doivent appartenir à l’Etat. Les gens doivent savoir que l’Etat leur assure une protection suffisante et qu’ils n’ont ainsi pas besoin de posséder eux-mêmes des armes», conclut-il. (Newsnet)

Créé: 03.01.2013, 15h45

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

141 Commentaires

Jacques Jeanneret

03.01.2013, 15:55 Heures
Signaler un abus 71 Recommandation 12

Même dans les pays les plus restrictifs, il est facile de se procurer des armes illégalement. Alors pourquoi changer le législation sur les armes légales ? Monsieur fait de la récupération politique avant tout, et ça me donne la nausée. Répondre


Raoul Volfoni

03.01.2013, 16:47 Heures
Signaler un abus 57 Recommandation 4

Je trouve honteux que ce monsieur se serve de cette tragédie pour polémiquer à des fins politiques. D'autant plus qu'il est à côté de la plaque: les armes utilisées ici sont un fusil de chasse (arme civile) et un mousqueton (arme qui n'est plus en dotation dans l'armée suisse depuis les années 50), donc pas du tout une arme de service visée par l'initiative (FASS 90 ou éventuellement FASS 57) Répondre



Sondage

Faut-il réglementer le ski hors-piste?





Rubriques: Suisse · Monde · Sports · Faits divers · People · Loisirs · Société · Economie · Auto-Moto · High-Tech · Santé
Outils: Recherche · RSS · Mobile · Météo
Le Matin: Contacts · Publicité · Annonce · Services clients · Conditions générales · Cercle de lecteurs · Charte des commentaires · Impressum