ACCUEIL 23.10.2014 Mis à jour à 01h03

Un couple non marié reçoit 100 coups de fouet

Mali

Un homme et une femme, qui ont eu un enfant sans être mariés, ont reçu mercredi cent coups de fouet chacun à Tombouctou (nord-ouest du Mali), donnés par des membres du groupe islamiste armé Ansar Dine (Défenseurs de l'islam) qui contrôle la ville.

Mis à jour le 20.06.2012
Le groupe islamiste armé Ansar Dine a brutalement puni un couple qui vivait ensemble sans être marié.

Le groupe islamiste armé Ansar Dine a brutalement puni un couple qui vivait ensemble sans être marié.

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

«Sur la place Sankoré de Tombouctou (centre), un homme et une femme ont reçu cent coups de fouet chacun pour avoir eu un enfant hors mariage», a déclaré Mohamed Ould Baby, un élu de la ville, information confirmée par d'autres témoins.

Mohamed Ould Baby a précisé que c'est la première fois qu'un couple est ainsi puni depuis la prise de Tombouctou par les islamistes début avril. «C'était comme un spectacle, les gens ont regardé ça.

C'est Ansar Dine qui a organisé la séance de coups de fouet», a-t-il ajouté en précisant qu'il était lui-même sur place.

«J'ai vu les jeunes descendre d'un véhicule sur la place, puis les coups de fouet. C'est la première fois que je vois ça», a-t-il affirmé.

Enceinte de 3 mois

Les deux jeunes gens sont ensuite allés se faire soigner à l'hôpital de Tombouctou, a indiqué une source hospitalière qui a précisé que la jeune femme «a toujours le vertige et qu'elle est souffrante».

Cette jeune femme, âgée de 18 ans et mère d'un premier enfant, est enceinte de trois mois, selon sa famille.

Un responsable de la police islamique de Tombouctou a affirmé que six autres femmes ayant eu des enfants hors mariage seront prochainement «sanctionnés» par la charia (loi islamique).

Ansar Dine, dont l'objectif est d'imposer la charia dans tout le Mali, contrôle la ville de Tombouctou depuis près de trois mois avec ses alliés d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Fumeurs fouettés

Dans la foulée d'un putsch militaire qui a eu lieu le 22 mars à Bamako, les trois régions administratives du nord du Mali (Tombouctou, Gao et Kidal) sont tombées aux mains des groupes islamistes radicaux Ansar Dine, Aqmi, et du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) qui ont pris le dessus sur la rébellion touareg, également présente.

La semaine dernière, des membres du Mujao avaient brûlé des cartons de cigarettes et fouetté des fumeurs à Bourem, une ville du nord du Mali qu'ils occupent et contrôlent.

En mai à Gao, ils avaient empêché des jeunes de jouer au football et de regarder la télévision, ce qui avait provoqué de violentes manifestations anti-islamistes. (afp/Newsnet)

Créé: 20.06.2012, 17h58

Sondage

Cinq ans ferme pour meurtre par négligence, la sentence qui frappe Oscar Pistorius vous semble...