Vendredi 9 décembre 2016 | Dernière mise à jour 11:57

France Enfant au t-shirt «Jihad»: la mère et l'oncle acquittés

La justice française a acquitté mercredi une mère et son frère poursuivis pour «apologie de crime» pour avoir vêtu un enfant de trois ans d'un t-shirt portant les mentions «Je suis une bombe» et «Jihad, né le 11 septembre».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le ministère public avait requis le 6 mars une condamnation en laissant la peine à l'appréciation du tribunal. Les prévenus encouraient cinq ans de prison et une amende de 45'000 euros. Mais le tribunal correctionnel d'Avignon (sud-est) a estimé que l'apologie de crime n'était pas avérée et a prononcé la relaxe de Bouchra Bagour, 35 ans, secrétaire, et de son frère, Zeyad, 29 ans, employé dans un restaurant.«Je suis ravie, c'est une décision subtile et juridiquement motivée qui devrait mettre un terme à cette regrettable affaire», s'est réjouie Me Gaële Guenoun, l'avocate de Mme Bagour, absente à l'énoncé du délibéré «par discrétion». Son frère, présent, s'est dit «content» et «soulagé» que «chaque chose (ait) été remise à sa place», avant d'ajouter: «Ce n'est pas moi qui ai provoqué tout ça».

Un aveux de faiblesse

«J'ai le sentiment que le droit ne rejoint pas la réalité telle qu'elle est perçue par les citoyens», a regretté le maire de Sorgues, Thierry Lagneau. Il a considéré cette décision de justice comme «un aveu de faiblesse» qui «donne le sentiment que tout est permis». Le garçonnet, prénommé Jihad, s'était rendu à l'école maternelle de Sorgues le 25 septembre vêtu d'un tee-shirt offert par son oncle et portant les inscriptions «Je suis une bombe» sur la poitrine et «Jihad, né le 11 septembre» sur le dos.

A l'audience, frère et sœur s'étaient défendus de toute provocation, invoquant une «maladresse». «Qui aujourd'hui peut prétendre que ce n'est pas une allusion directe et scandaleuse au terrorisme?», avait rétorqué le vice-procureur Olivier Couvignon. (AFP/Le Matin)

(Créé: 11.04.2013, 10h21)

Sondage

La fin de la franchise à 300 francs peut-elle responsabiliser les assurés aux coûts de la santé?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.