ACCUEIL 17.4.2014 Mis à jour à 17h08

Enquête pour «violation du secret de l'instruction»

Affaire Merah

Le parquet de Paris avait déjà ouvert une information judiciaire suite à la diffusion dans l'émission «Sept à Huit» sur TF1 d'extraits de la conversation entre le jeune homme et la police.

Mis à jour le 17.07.2012
Les hommes du RAID.

Les hommes du RAID.
Image: AFP

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

Le parquet de Paris a annoncé avoir ouvert mardi une enquête préliminaire pour "violation du secret professionnel", "violation du secret de l'instruction" et recel de ces deux délits suite à la parution dans Libération de la conversation entre Mohamed Merah et la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur).

Ce rapport d'expertise de 173 pages sur les conversations a été remis le 5 juillet aux juges en charge de l'instruction. Il était disponible mardi matin sur le site internet de Libération avant d'être supprimé.

Dans ces conversations enregistrées lors des 32 heures de siège le 21 mars, Mohamed Merah explique sa manière de procéder pour rencontrer Al-Qaïda, ses voyages en Afghanistan et au Pakistan, les cibles qu'il visait, son moyen de se procurer des armes ou encore ses rapports avec les services secrets.

Il a été contrôlé à Kandahar (Afghanistan) en novembre 2000 et a été convoqué par la DCRI en novembre 2011 où il a expliqué y être allé pour faire du tourisme.

Demande de déclassification des pièces du dossier

Mohamed Merah, 23 ans, un jeune Français se réclamant d'Al-Qaïda, a revendiqué la tuerie dans une école juive de Toulouse qui a fait quatre morts le 19 mars, le meurtre d'un militaire à Toulouse le 11 mars et de deux autres à Montauban le 15 mars. Il est mort le 22 mars lors de l'assaut du RAID sur son appartement toulousain.

Les familles de victimes demandent depuis le début de l'affaire la levée du secret défense avec la déclassification de toutes les pièces du dossier, "en espérant qu'elles ne sortiront pas dans la presse le lendemain", a déclaré dans un entretien à Sipa Me Mehana Mouhou, avocat de la famille du militaire tué le 11 mars.

Estimant "honteuses" les violations répétées du secret de l'instruction, l'avocat espère encore que les vidéos ne seront pas diffusées.

Mohamed Merah "a filmé ses crimes avec une caméra GoPro et ses vidéos ont été saisies par la police", a rappelé l'avocat. La chaîne Al-Jazira "en a une copie, de même que le Qatar et d'autres personnes, journalistes ou tiers, qui ont eu accès à l'enquête", a affirmé Me Mouhou.

L'avocate du père n'est pas venue

Quant à l'avocate algérienne du père de Mohamed Merah, Me Zahia Mokhtari, qui devait se rendre à Paris en fin de semaine dernière pour remettre au parquet des vidéos impliquant selon ses dires la police française, elle n'est finalement pas venue.

L'avocate a déclaré lors d'une conférence de presse à Alger jeudi soir avoir décidé de "laisser de côté (sa) vidéo car en tant que défense, nous avons d'autres arguments à faire valoir pour faire éclater la vérité dans cette affaire". "Nous sommes prêts à remettre la vidéo à la justice française", a-t-elle toutefois assuré. (ap/Newsnet)

Créé: 17.07.2012, 16h25