Samedi 1 octobre 2016 | Dernière mise à jour 01:21

Fribourg Fête débordée par Facebook: une histoire de vengeance

Samedi soir à 20h45, 150 jeunes ont été empêchés par la police de rejoindre une fête privée à laquelle ils n’étaient pas invités à Cousset. L’appel avait été lancé sur le réseau social Facebook, apparemment par vengeance personnelle.

Près de 150 adolescents ont débarqué à Cousset pour participer à une fête privée qui ne les avait prévenu.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’appel «Projet X – 20h30 – Gare de Cousset» a été lancé sur Facebook vendredi et signalé à la police par les parents d'une adolescente invitée. Ce genre de soirée s'inspire d'un film américain dans lequel trois lycéens sont débordés par l'ampleur de la fête qu'ils organisent. La police a pu déterminer que l'invitation avait été lancée par une fille de 13 ans mais que le point de chute était une maison familiale dans laquelle une fête d’anniversaire se déroulait. L’organisateur de la fête n’était pas l’initiateur de l’appel sur Facebook et les personnes y ayant répondu étaient indésirables.

Lorsque le jeune homme qui fêtait ses 20 ans a vu arriver la foule dans la rue menant à sa maison, lui et son épouse ont pris peur. «Il s'agit d'un coup monté par vengeance», explique Frédéric. Le jeune homme raconte qu'il a mis son ancien colocataire à la porte après avoir découvert que le cousin de celui-ci avait volé son appareil photo. Voulant récupérer son bien, il se serait fait agresser à la gare de Cousset et ses fenêtres auraient été la cible de tirs de carabine.

Renseignement pris auprès de la police, il semble bien qu'un adolescent appartenant à une Jeunesse locale aurait suggéré à la fille de 13 ans de lancer l'invitation sous son propre nom, «car elle avait plus d'amis». On ignore pour l'instant s'il s'agit de la même personne ou si elle a un lien avec le conflit.

Afin d’éviter des troubles à l’ordre public et des dommages à la propriété, la gendarmerie est intervenue en force à Cousset samedi soir. Elle a mis fin au déplacement à la hauteur du café des Arbognes. Tous les participants ont ensuite été escortés jusqu’à la gare où ils ont pris le train en direction de Payerne ou Fribourg. A 22h30, le village de Cousset avait retrouvé son calme.

Les participants au cortège, pour la plupart de jeunes voire très jeunes gens, avaient emporté des boissons de toutes sortes. Malgré l’alcool, la situation, bien que bruyante, est restée calme. Les jeunes s’étant pliés aux injonctions de la police, l’intervention de cette dernière s’est déroulée sans incident. (Le Matin)

(Créé: 16.09.2012, 10h41)

Sondage

Faut-il introduire la préférence indigène lors des embauches?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.