ACCUEIL 20.8.2014 Mis à jour à 03h06

«Mon fils s’est trouvé entre la vie et la mort»

Agression

Le père de Robin, un chanteur punk victime d’un coup de couteau à Genève, dénonce l’agression supposée d’un membre de l’extrême droite. La police a arrêté deux suspects et appelle au calme.

Par Dominique Botti. Mis à jour le 01.07.2012

Partager & Commenter

«Mon fils s’est trouvé entre la vie et la mort pendant plusieurs heures», témoigne le père de Robin, qui a vécu l’enfer samedi 23 juin. Son fils, 33?ans, chanteur d’un groupe punk, a été méchamment poignardé vers 1?h au parc des Bastions, après avoir donné un concert lors de la Fête de la musique. Blessé à l’abdomen, au bras et sous l’épaule, son pronostic vital a été engagé, selon le papa de 63?ans. Ce dernier a dû attendre que Robin passe sur le billard et qu’on lui pose 40 agrafes au niveau de l’intestin pour finalement être certain qu’il soit hors de danger. La victime est sortie de l’hôpital mercredi.

Le papa témoignait à l’issue d’une manifestation de soutien à Robin, hier à Genève. Plus de 300?personnes se sont rassemblées sur la plaine de Plainpalais pour ensuite rejoindre le parc des Cropettes, situé derrière la gare. Fortement encadré par la police, le cortège non autorisé était irrévérencieux, mais n’a pas débordé.

Les manifestants, majoritairement issus de la scène alternative, punk et altermondialiste, ont dénoncé la «montée du fascisme». Selon le père de Robin, les coups de couteau seraient révélateurs de cette montée. Ils auraient été donnés par L. T., membre du groupe néonazi Artam Brotherhood. Et ce n’est pas la première fois, toujours selon le papa, que cet individu ou d’autres sympathisants néonazis passent à l’acte. «Nous avons fait notre enquête. Genève devient une plate-forme montante de l’extrême droite. Pendant ce temps, la police et les politiques laissent faire.»

S’il est vrai que des sympathisants de l’extrême droite sont actifs à Genève et en France voisine, les autorités doutent toutefois que la ville soit devenue une plaque tournante. Elles estiment qu’il ne faut pas tirer de conclusions hâtives et appellent au calme. Le temps pour la justice d’éclaircir les circonstances de l’agression. Deux individus sont déjà en détention provisoire. L’un d’entre eux, d’ailleurs, est le fameux L. T., selon le papa de Robin.

Les enquêteurs doivent maintenant confronter les protagonistes de cette affaire et leurs versions, qui diffèrent. Car, si Robin est une victime qui a bien reçu des coups de couteau, le présumé poignardeur aurait aussi, de son côté, déposé une plainte pour agression. (Le Matin)

Créé: 01.07.2012, 10h54

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne