ACCUEIL 26.7.2014 Mis à jour à 18h49

Huit perroquets étaient cachés sous des vêtements

Douane de Gondo (VS)

Lors d'un contrôle de routine, les gardes-frontière ont découvert des volatiles vendus en Europe entre 500 et 1000 francs pièce.

Par Communiqué. Mis à jour le 26.11.2012

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Les gardes-frontière suisses du poste de Gondo (VS) ont eu une drôle de surprise lors de la vérification d’une voiture. Ils ont découvert 8 perroquets « Pionus » de 4 espèces différentes, transportés dans des cages, camouflées sous une pile de vieux vêtements. Cela se passait le 16 novembre dernier par une nuit glaciale, indique un communiqué de l'Administration fédérale des Douanes (AFD).

Malgré un interrogatoire serré les volatiles n’ont pas dit un mot. Et pour cause: ces volatiles multicolores «ne parlent pas». Bien qu’originaires de Panama ou du Mexique, ils supportent néanmoins des températures allant jusqu’à moins 15 degrés et sont élevés un peu partout en Europe comme animaux de compagnie.

L’aspect financier n’est pas négligeable en cas d’élevage, le prix de vente variant entre 500 et 1000 francs par individu. Ces animaux comme pratiquement tous les oiseaux exotiques, tombent sous le coup de la convention sur le commerce international des espèces de faune menacée d’extinction (CITES). Ils doivent être impérativement annoncés à la frontière et accompagnés d’une autorisation délivrée au préalable par l’Office Vétérinaire Fédéral (OVF), précise le communiqué. (Le Matin)

Créé: 26.11.2012, 15h23

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment