ACCUEIL 2.8.2014 Mis à jour à 00h01

La police démantèle un réseau de traite d'êtres humains

Frontière franco-suisse

Une cinquantaine de Roms ont été interpellés et neuf placés en garde à vue mardi et mercredi à Annemasse (F), près de Genève.

Mis à jour le 20.06.2012

Image: Keystone

Partager & Commenter

Les personnes placées en garde à vue sont soupçonnées d'appartenir à un réseau de traite d'êtres humains opérant en Suisse et en France.

Tous issus du village roumain de Barbulesti (nord-est de Bucarest), la plupart des Roms interpellés sont «des petites mains qui récoltent de l'argent de diverses manières», à savoir la mendicité, des «escroqueries à la charité», des «petits vols», des braquages, a déclaré à l'AFP le commissaire d'Annemasse, Philippe Guffon.

Récolté à la fois dans les cantons de Vaud, du Valais et de Genève et en Haute-Savoie, l'argent était reversé à une dizaine de «chefs» installés à Annemasse, près de la frontière suisse et placés en garde à vue. Eux-mêmes expédiaient ensuite l'argent à leur chef en Roumanie, à Barbulesti.

Donneurs d'ordre roumains

«Les chefs de réseau étaient en France, les donneurs d'ordre en Roumanie et le réseau en Suisse romande et en Haute-Savoie», a résumé le commissaire.

«Les chefs ne franchissaient pas la frontière mais envoyaient leurs hommes côté suisse. Ils récoltaient l'argent et contrôlaient l'activité des individus qu'ils avaient sous leur coupe», a-t-il précisé.

«Sept de ces individus ont envoyé 110'000 euros (125'000 francs environ) en un an, via des transferts par Western Union», a ajouté Philippe Guffon. «On est sur des chiffres considérables, sans compter que de l'argent est aussi parti en Roumanie par porteur», a- t-il souligné.

Les neuf personnes placées en garde à vue, tous des hommes âgés de 30 à 40 ans, sont suspectées de traite d'êtres humains, d'exploitation de la mendicité en bande organisée et d'escroqueries diverses. Leur garde à vue peut être prolongée pendant 96 heures.

Grosse mobilisation des forces de l'ordre

L'opération d'interpellation a nécessité la mobilisation de 96 policiers mardi matin. Elle a été menée en coordination avec la police judiciaire genevoise et les gardes-frontières suisses. La police roumaine a aussi participé à l'enquête préliminaire.

(ats/Le Matin)

Créé: 20.06.2012, 18h18

Sondage

Les jackpots des loteries vous font-ils rêver?




Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne