ACCUEIL 19.12.2014 Mis à jour à 01h03

La police française sur la piste du «dépeceur» canadien

Affaire Luka Rocco Magnotta

La police française est lancée sur la piste de Luka Rocco Magnotta, ce Canadien soupçonné d’avoir tué et dépecé un étudiant chinois à Montréal, avant de prendre l’avion pour la France il y a une semaine.

Mis à jour le 02.06.2012 12 Commentaires

1/23 Cette photo d'un objet de Luka Rocco Magnotta est utilisée comme preuve pour son procès (2 octobre 2014).
Image: Keystone

   

Articles en relation

Partager & Commenter

Les policiers français, qui agissent dans la plus grande discrétion, effectuent des "recherches ciblées" pour tenter de retrouver la trace du "dépeceur", selon une source policière.

Cette source s’est refusée à dire si ces recherches étaient liées à des habitudes du suspect lors d’une ou de plusieurs visites en France par le passé ou à des informations selon lesquelles il se trouverait effectivement sur le territoire français.

Selon les enquêteurs canadiens, Magnotta aurait pris l’avion de Montréal vers la France le 26 mai. "Après l’aéroport, nous avons des informations que nous allons garder pour nous pour l’instant", avait ajouté vendredi Ian Lafrenière, porte-parole de la police de Montréal.

Aucune certitude

Ce même jour, la police française avait affirmé n’avoir "aucune certitude quant à sa présence ou non en France". "La Brigade nationale de recherche des fugitifs (BNRF) de la police judiciaire française a été saisie automatiquement jeudi après l’émission de la note de recherche d’Interpol", a précisé cette source.

"Des vérifications sont en cours sur les listings" des passagers des vols entre le Canada et la France, mais n’ont à ce stade donné aucun résultat, avait indiqué une source aéroportuaire.

Ancien acteur de films pornographiques canadien, Luka Rocco Magnotta, originaire de l’Ontario, également connu sous les noms d’Eric Clinton Newman ou Vladimir Romanov, est accusé de meurtre prémédité et outrage à cadavre. Il porte des perruques et peut se déguiser en femme. Très prolixe sur les réseaux sociaux, il aurait également épousé les thèses des suprémacistes de la race blanche. Photos largement diffusées

Ses photos et même sa voix sont largement diffusées par les médias canadiens qui reprennent une partie de l’interview réalisée en décembre dernier par un journaliste du tabloïd britannique The Sun, Alex West, qui enquêtait sur une vidéo où un homme donnait un chaton vivant à un python qui s’empressait de le dévorer.

Le journaliste a indiqué que deux jours après leur rencontre, le journal avait reçu un courriel annonçant que son interlocuteur comptait produire un film "où l’on verrait des êtres humains et non des chatons", ajoutant qu’"une fois qu’on tue et prend le goût du sang, il est impossible de s’arrêter".

Interviewée par la chaîne publique canadienne CBC, la transsexuelle Nina Arsenault qui affirme avoir eu une relation avec Magnotta, l’a décrit comme "manipulateur, menteur, irascible et souvent autodestructeur".

Victime chinoise

Sa victime est un étudiant chinois, Jun Lin, 32 ans, originaire de la ville de Wuhan, dans la province du Hubei (centre de la Chine), qui serait arrivé au Québec en juillet dernier pour y faire ses études à l’université anglophone de Concordia, selon la police de Montréal. Les deux hommes se connaissaient probablement: "Tout nous porte à croire que ces gens se connaissaient", a dit M. Lafrenière.

Mardi, un pied humain et une main avaient été découverts dans des colis postaux, l’un au siège du Parti conservateur, au pouvoir à Ottawa, l’autre adressé au parti libéral, dans l’opposition.

Magnotta aurait commis le meurtre - et l’aurait filmé pour le diffuser sur internet - dans la nuit du 24 au 25 mai, avant de s’envoler pour la France. "On a même mentionné qu’il pourrait être revenu au Canada sous une autre identité", a ajouté vendredi le porte-parole de la police de Montréal, qui s’était dit optimiste quant à la possibilité de l’interpeller rapidement.

Créé: 02.06.2012, 15h04

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

12 Commentaires

Rako Sabine

02.06.2012, 17:12 Heures
Signaler un abus 19 Recommandation 0

Bonjour, Dites-moi sur quel intérêt se porte la publication d'images de salles de bains ou de cuisine d'un atroce meurtrier ? Je nommerai cela uniquement du voyeurisme, pas du journalisme... Répondre


Media Watch

02.06.2012, 21:47 Heures
Signaler un abus 4 Recommandation 0

Avoir laissé les yeux rouges sur la photo, il fallait le faire, histoire de dramatiser encore un peu plusl'histoire. Il est pourtant simple d'utiliser un logiciel supprimant les yeux rouges dont use n'importe quel amateur. Mais cela aurait fait moins d'effet sur le gogo selon la bonne vieille philosophie de la presse à sensation(s). Répondre



Super héros, Louis Vuitton, fleuri, à poids... Les meilleurs du web!