Vendredi 28 juillet 2017 | Dernière mise à jour 00:01

Electro Kraftwerk fait son cinéma au Strav

Précurseur de la pop synthétique, le mythique quatuor allemand débarque ce soir à Montreux avec un show en 3D.

Image: PETER BOETTCHER PHOTOGRAPHY

Kraftwerk - The Robots

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Quand Ralf Hütter et Florian Schneider fondent le projet Kraft-werk en 1970, ils n’avaient sans doute pas conscience qu’ils étaient en train de créer la bande-son de notre avenir digital. Au studio Kling Klang, installé à Düsseldorf, les Allemands commencent leurs expérimentations sur des synthétiseurs, inventant des rythmes robotiques, mélangeant des voix de toutes les langues et confectionnant même leurs propres vocodeurs: la pop électronique était née. Alors qu’aujourd’hui la plupart des albums sont faits à l’aide d’ordinateurs, quarante ans en arrière, Kraftwerk se présentait comme l’un des plus grands précurseurs de tous les temps. En nominant le groupe, cette année, le Hall of Fame résumait d’ailleurs parfaitement la situation: «Kraftwerk est la fondation sur laquelle tout le rock’n’roll à base de synthétiseurs et la musique de danse électronique se sont construits.» Les Allemands ne sont finalement pas entrés au Hall of Fame. Ce n’est que partie remise, car ils ont encore de folles choses à construire.

La 3D, un gadget amusant

A Montreux, c’est avec un show en 3D qu’ils se présentent. Une fois les lunettes en carton sur le nez, les spectateurs pourront voir, sur l’écran de 14 m sur 6 (installé lors des rénovations de l’Auditorium Stravinski en 2011), des visuels reprenant le graphisme qui a fait l’histoire du groupe en huit albums: de l’ambiance autoroute en RDA d’«Autobahn» au bleu, blanc, rouge de «Tour de France». Au fond, les images que l’on a déjà pu apercevoir lors des différentes tournées de Kraftwerk. En trois dimensions, l’effet apporte-t-il quelque chose de nouveau? De l’avis de ceux qui ont vu le live lors des précédents festivals où il a déjà été présenté, le résultat n’est pas si époustouflant. Si le public accroche lorsque le vaisseau spatial de «Spacelab» s’avance sur lui ou tend la main à ces quatre immenses robots en chemise rouge et cravate noire, la 3D est un gadget tout aussi dispensable que sur les films hollywoodiens qui inondent les salles de cinéma. On attendait plus d’un groupe qui a déjà mené plusieurs révolutions dans les technologies du live.

Une audience uniforme

Mais l’effet est peut-être ailleurs. Les quatre membres du groupe, dont il ne reste plus que Ralf Hütter depuis sa formation en 1970, se tiennent devant l’écran géant, habillés de leurs tenues synthétiques noires à lignes blanches, les doigts collés à leur computer. Face à eux, ils voient des spectateurs portant tous des lunettes 3D, une audience uniforme, tels les robots de leur univers. Enfin, ce qui surprend, c’est que la musique de Kraftwerk sonne toujours aussi moderne. Même les morceaux plus anciens, légèrement reliftés pour cette tournée. En juin, Ralf Hütter a confirmé qu’un nouvel album, qui succédera à «Tour de France» sorti en 2003, est sur les rails. En attendant, Kraftwerk reste un groupe qu’il faut voir au moins une fois dans sa vie. (Le Matin)

Créé: 17.07.2013, 15h36

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

En direct de Twitter avec @lemondedekaro et @Fluckskywalker





S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.