Mardi 30 août 2016 | Dernière mise à jour 06:53

Procès Apple traite Samsung de «copieur»

Les responsables de Samsung ont délibérément choisi, au plus haut niveau, de copier «tous les éléments» de l'iPhone dans leur conquête du marché des téléphones multifonctions, a affirmé mardi un avocat d'Apple.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Au deuxième jour d'un procès très suivi en Californie, un avocat du groupe californien dénonce le plagiat de Samsung.

Me Harold McElhinny a déclaré devant un tribunal fédéral de San José, au coeur de la Silicon Valley, que le géant sud-coréen avait commencé à copier l'iPhone dès la présentation publique de ce dernier, en janvier 2007.

«Au moment où (le co-fondateur d'Apple Steve) Jobs a présenté l'iPhone, il a prévenu ses concurrents qu'il avait déposé des brevets sur plus de 200 inventions (contenues) dans l'iPhone», a affirmé l'avocat.

«Plus facile de copier»

«Samsung avait le choix. Samsung pouvait concevoir ses propres modèles, il pouvait battre Apple équitablement sur le marché. Ou alors, il pouvait copier Apple... Il est plus facile de copier que d'innover».

Harold McElhinny a précisé que Samsung avait copié plusieurs éléments spécifiques, comme un effet de «rebond» dans la fonction de déroulement à l'écran.

«Au plus haut niveau de la direction, Samsung a décidé de copier tous les éléments de l'iPhone», a-t-il ajouté. «Ce n'était pas un hasard. La copie de Samsung était intentionnelle».

Il a assuré que le groupe sud-coréen avait ensuite adapté ses produits, au rythme des changements opérés par Apple sur ses appareils. «Samsung a opéré plus de 100 changements sur ses téléphones et ses tablettes, pour qu'au final ils soient identiques aux produits Apple», a-t-il dit, au deuxième jour d'un procès qui pourrait durer trois semaines.

«Crise de panique»

Un avocat de Samsung devait exposer ses arguments dans la foulée. Juste avant la première plaidoirie d'Apple, la juge Lucy Koh a autorisé l'une des dix jurés à abandonner son poste, pour cause de «crise de panique».

Les deux parties ont accepté de voir le nombre de jurés réduit de 10 à 9, sans incidence sur le procès.

Lundi, un employé d'Apple avait été écarté de la liste des jurés, tout comme un concepteur d'interfaces utilisateurs pour Google, à la suite d'objections de la part des avocats d'Apple.

Google n'est pas directement impliqué dans le dossier mais son système d'exploitation Android est utilisé sur les appareils Samsung et va figurer de manière proéminente dans le dossier.

La juge Lucy Koh a assuré aux jurés qu'il s'agirait d'un «dossier intéressant», mais sans livrer beaucoup de détails.

Accusations croisées

Apple réclame plus de 2,5 milliards de dollars, accusant son concurrent sud-coréen de copier ses designs et d'autres brevets. De son côté, Samsung accuse l'américain de violer certains de ses propres brevets.

Le procès a pour but de démêler ces accusations croisées. Les deux groupes, qui monopolisent ensemble près de la moitié (49,5%) du marché mondial des téléphones multifonctions, sont également en conflit judiciaire dans plusieurs pays européens et en Australie, où les tribunaux ont livré des décisions contrastées.

Aux Etats-Unis, Samsung est sur la défensive. La juge Koh a déjà suspendu en référé les ventes de sa tablette Galaxy de 10 pouces et de son téléphone Galaxy Nexus, conçu avec Google qui en fournit le système d'exploitation. Toutefois, le référé sur le Nexus a été annulé en appel.

Risques élevés

En outre, il a été établi la semaine dernière que Samsung avait négligé de préserver des preuves en détruisant des courriels après le lancement des poursuites.

Les risques sont élevés pour le géant sud-coréen, qui pourrait se voir interdire définitivement de vendre ses appareils. Et s'il en lance d'autres qui ne soient que légèrement modifiés, Apple pourrait le poursuivre pour non respect des décisions de la cour.

Actuellement, Samsung, le plus grand utilisateur du système d'exploitation Android de Google, a une part de marché de 32,6% pour les téléphones multifonctions, avec 50,2 millions d'appareils livrés au deuxième trimestre de l'année, selon le cabinet IDC. Apple est deuxième avec 16,9% de ce marché et 26 millions d'appareils vendus. (afp/nxp)

(Créé: 31.07.2012, 22h00)

Sondage

Indiquer la présence d'un radar sur les réseaux sociaux est-il acceptable?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.