Samedi 29 avril 2017 | Dernière mise à jour 21:09

Jeux vidéo Attrapez des Pokémon près de chez vous!

Les célèbres Pokémon de Nintendo débarquent dans nos villes via smartphone. Le point sur la déferlante.

Image: Maxime Schmid

Le phénomène Pokémon

Contraction des mots «Pocket» et «Monster», les Pokémon sont les petits héros d’un jeu vidéo lancé en 1996 par Nintendo. Dans un univers fictif, le joueur (ou «dresseur») parcourt le monde pour tenter de capturer les 721?espèces répertoriées à ce jour et les faire combattre dans des arènes contre d’autres dresseurs. La série compte, vingt ans après sa création, six générations de jeux pour 250 millions d’unités vendues à travers le monde. Déclinés en jeu de cartes, en dessin animé, en peluches et en autant de produits dérivés qu’il en existe sur terre, les Pokémon sont iconiques de la génération 1990.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Equipés de leur iPhone ou de leur téléphone Android, les joueurs du monde entier sillonnent depuis une semaine les rues de leur ville à la recherche des Pokémon. A travers la lucarne de l’appareil photo, les populaires petites bestioles se matérialisent sur l’écran comme si elles faisaient partie de la réalité. Le nom de l’appli? «Pokémon Go». Le but? Les trouver, les capturer et les faire s’affronter dans des arènes. Afin d’atteindre ces objectifs, le joueur est géolocalisé par Google sur une carte de l’endroit où il se trouve et avance au gré des artères du lieu en suivant les différents repères visuels apparaissant à l’écran.

Le concept est simple et cartonne. Quelques jours seulement après sa sortie en Australie et aux Etats-Unis, le jeu a déjà fait des millions d’adeptes. Didier Matthey-Doret, gérant de la boutique spécialisée en jeux vidéo et en animation japonaise Mix-Image, à Lausanne, n’en revient pas. «90% des clients qui viennent au magasin depuis quelques jours l’ont déjà alors qu’il n’est même pas sorti en Europe.» C’est qu’il existe des manipulations assez simples qui permettent de contourner les restrictions géographiques imposées au software. «Le Matin» vous en donne d’ailleurs la recette sur son site Internet (lien en fin d’article).

Chronique d’un succès annoncé

Le spécialiste explique le succès phénoménal du jeu par le fait qu’il réalise un fantasme chez les aficionados de la série. «Tous les joueurs ont un jour rêvé d’explorer le monde à la recherche de Pokémon, d’en dégoter un rarissime dans des endroits où personne n’était allé le chercher.» Objets de fascination pour les connaisseurs, Pokémon pourrait bien encore élargir sa très large communauté de fans grâce à cette application smartphone. C’est ce que pense Filippo Franzone, gérant du magasin de jeux vidéo, mangas et produits dérivés Log On Games, à Vevey. «Tout le monde a un smartphone. Encore plus de gens vont avoir accès au jeu et y rester crochés.»

«Rester crochés», c’est le terme puisqu’en sept jours depuis l’apparition de l’application, légendes urbaines et faits divers avérés à propos des «addicts» au jeu pullulent déjà sur la Toile. Ici, ce piéton causant un gigantesque accident de voiture dans le Massachusetts en tentant de capturer Pikachu sur l’autoroute – une boutade née d’un site Internet satirique pourtant reprise par plusieurs canaux d’information. Là, cette station de police australienne obligée de publier un communiqué invitant les joueurs à ne pas entrer dans le commissariat pour se recharger en Pokéballs (les balles qui permettent de capturer les monstres). Une histoire vraie. «J’ai moi-même croisé un jeune type tellement absorbé qu’il avançait sans regarder où il allait», confie Didier Matthey-Doret. Des histoires qui amusent Filippo Franzone. «On marchait déjà dans la rue sans regarder devant soi, alors qu’est-ce que ça va être avec les Pokémon?»

«On peut s’y ruiner»

Le fait qu’une appli, gratuite qui plus est, séduise autant de clients potentiels préoccupe-t-il les deux marchands de jeux? «Quoi qu’il arrive, tous les jeux Pokémon qui sortent sont et resteront encore longtemps dans le top 5 de mes ventes», explique le commerçant veveysan. Même son de cloche du côté de son homologue lausannois: «C’est une communauté qui a tellement de cœur et de passion que ses membres continueront à rêver et acheter «Pokémon» en dépit d’une appli gratuite.» Selon lui, les fans de la franchise, qu’il compare affectueusement à ceux d’Apple, devront tout de même se montrer prudents sur un point. «Tout le système économique qu’il y a derrière fait peur.» Le jeu est en effet gratuit, mais, à la manière de «Candy Crush», certains contenus sont payants si l’on souhaite avancer plus rapidement. «On peut s’y ruiner. Le fait que Nintendo se lance dans ce modèle est un peu inquiétant. L’avenir nous dira s’ils ont créé le jeu pour les fans ou pour l’argent.»

Pour l’instant, «Pokémon Go» semble en tout cas ravir son public. Si les représentants de Nintendo Suisse sont pour l’instant dans l’incapacité de nous donner une date de sortie dans nos frontières, les rumeurs vont bon train. On parle notamment d’une disponibilité sur l’App Store aux alentours du 29 et 30 juillet, dates auxquelles la firme organise le Pokémon Kids Tour, espace de jeu et d’activités autour de l’univers des petits monstres sur la place Pépinet, à Lausanne.

Mise à jour: l'application Pokémon Go est disponible, en Suisse et de nombreux autres pays européens, depuis le samedi 16 juillet 2016. (Le Matin)

Créé: 13.07.2016, 08h28


Sondage

La météo vous pourrit-elle la vie?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.