ACCUEIL 25.6.2016 Mis à jour à 10h27

La Suisse à la pointe de l'économie numérique

CeBIT 2016

Johann Schneider-Ammann a inauguré lundi soir le plus grand salon de l'économie numérique au monde, le CeBIT.

Mis à jour le 14.03.2016 3 Commentaires
Le salon a lieu du 14 au 18 mars 2016.

Le salon a lieu du 14 au 18 mars 2016.
Image: DR

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

La manifestation CeBIT se tient à Hanovre jusqu'à vendredi. «Lorsque j'ai commencé ma carrière comme ingénieur dans l'électronique, l'avenir technologique était un thème à la mode. C'était au milieu des années 70», a déclaré Johann Schneider-Ammann à l'ouverture du salon.

Vers la voiture autonome

Aujourd'hui, la fascination pour la technologie est à nouveau bel et bien présente, a-t-il poursuivi. Et les moyens technologiques se développent. Bientôt, l'homme rencontrera des robots au coin de la rue. Et les voitures ne voleront sans doute pas, comme imaginé par le passé, mais se piloteront toutes seules.

Selon lui, la Suisse a contribué grandement à ce développement technologique. C'est au Centre européen de recherche nucléaire (CERN) à Genève qu'est né internet, a cité en exemple Johann Schneider-Ammann.

Horizon 2020

«Notre pays a beaucoup à offrir en matière de recherche et innovation», a-t-il souligné. A ses yeux, il est donc tout aussi important pour l'Europe que la Suisse participe à l'avenir au programme de recherche scientifique Horizon 2020.

Selon lui, la politique doit empoigner le débat de la numérisation ces prochaines années, même si une certaine marge de manœuvre doit être accordée à ses acteurs.

Le conseiller fédéral plaide enfin pour la sécurité numérique. Pour ce faire, il s'agit de mettre fin aux activités des pirates informatiques et cela nécessite une collaboration transfrontalière.

Le directeur général du numéro un mondial de l'horlogerie Swatch Group, Nick Hayek, a par ailleurs été annoncé lors de ce discours de bienvenue.

Zoom sur l'apprentissage

Partenaire de la manifestation pour la première fois, la Suisse réunit une septantaine d'exposants. «L'EPFZ, par exemple, y dévoile un aéronef, qui est un croisement entre un dirigeable à l'hélium et un drone», explique economiesuisse dans sa dernière lettre de nouvelles. Sur les 1500 m2 du «swiss pavillon», une soixantaine d'entreprises et jeunes pousses présentent leur dernière innovation technologique.

Un autre stand est consacré au système de formation duale helvétique. Les visiteurs peuvent y effectuer un apprentissage express de cinq minutes.

Tournée avec Angela Merkel

Mardi, le conseiller fédéral fera le tour des stands en compagnie de la chancelière allemande Angela Merkel. Johann Schneider-Ammann rencontrera également la ministre fédérale de l'éducation et de la recherche Johanna Wanka et le ministre allemand de l'intérieur Thomas de Maizière.

Le secteur des TIC (technologies de l'information et de la communication) emploie quelque 200'000 personnes en Suisse. Cette dernière est considérée par les organisateurs du CeBIT comme «un des pays les plus innovants au monde».

Au total, l'événement comptera 3300 exposants cette année. Quelque 220'000 visiteurs d'environ 100 pays y sont attendus jusqu'à vendredi. (ats/nxp)

Créé: 14.03.2016, 19h49

3

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

3 Commentaires

Georges Thévenaz

15.03.2016, 18:02 Heures

On sent de suite qu'on va se marrer ! (A en être malades) Répondre


Vincent Oberson

14.03.2016, 23:21 Heures

Notre président est le champion des banalités. Au fait j'espère que la suisse n'est pas championne de l'innovation comme le président l'est pour l'humour. Car sinon on est mal barré. Répondre



Sondage

La Grande-Bretagne a-t-elle raison de sortir de l'Union européenne?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons