Samedi 27 mai 2017 | Dernière mise à jour 07:11

Inquiétant La poupée connectée qui espionne vos enfants

Facile à pirater, la poupée parlante Cayla permettrait à des hackers de voler des données personnelles. Des parents posent plainte.

Image: Capture d'écran

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Mal sécurisés, les jouets hightech peuvent devenir des outils dangereux insoupçonnés. Surtout lorsqu'ils se retrouvent entre les mains innocentes d'un enfant.

Le dernier gadget à la mode qui soulève l'inquiétude des parents, c'est la poupée connectée My Friend Cayla, conçue par l'entreprise américaine Genesis Toys. La petite figurine au visage d'ange est capable de parler aux enfants, mais aussi de les écouter et de faire des recherches sur Internet pour mieux leur répondre.

C'est là que le jouet se met à flirter avec les limites de la sphère privée. Car comme tout objet connecté, il peut devenir l'instrument de hackers pour dérober des informations personnelles au sein même du foyer.

Le risque a été confirmé par des chercheurs, comme le révèle la BBC. Plusieurs parents inquiets ont déposé plainte ces dernières années. Si bien que la commissaire européenne à la Justice, aux Consommateurs et à l’Égalité des genres, s'est déclarée inquiète de l'impact que ces poupées peuvent avoir sur la sécurité des enfants.

Le fabricant, Genesis Toys, n'a à ce jour émis aucun commentaire sur cette affaire.

Interdite en Allemagne

En Allemagne, suite à l'analyse faite par un étudiant prénommé Stefan Hessel, la Federal Network Agency a lancé un avertissement public. Le jeune homme a avancé que ces poupées pouvaient espionner à travers plusieurs murs. Ce qui en fait un objet d'espionnage jugé illégal dans ce pays.

Vendredi dernier, «Mon amie Cayla» a été officiellement interdite à la vente. «Il est question ici de la protection des plus faibles de notre société», a déclaré, dans un communiqué, le président de l'Agence, Jochen Homann.

«Les objets, qui dissimulent des caméras et des micros et donc peuvent transférer des données sans qu'on le remarque, mettent en danger la vie privée des gens. Cela vaut aussi pour les jouets», a-t-il argumenté.

D'autres jouets examinés

L'Agence fédérale des réseaux a rappelé qu'était interdit en Allemagne tout jouet capable d'émettre et d'enregistrer des images et des sons en cachette, car il y a un risque que soit enregistrée et transférée, à l'insu des parents, une conversation de l'enfant avec une autre personne, ou encore que les enfants soient démarchés directement par une entreprise.

L'agence allemande ne prévoit pas de contacter les parents ayant acheté une poupée Cayla. Si «de premiers jouets de ce type sont déjà retirés du marché en coopération avec les distributeurs», d'autres jouets dits «interactifs» seront examinés, ajoute l'agence.

L'Association européenne de défense des consommateurs (BEUC), qui avait déjà alerté sur les dangers de ces jouets connectés en décembre, a salué la décision allemande, mais a estimé aussi que cela «illustre à quel point les consommateurs ne sont pas protégés dans un monde de plus en plus connecté».

«Les autres pays de l'Union européenne devraient suivre l'exemple du régulateur allemand et retirer ce produit du marché», poursuit l'association, réclamant également un renforcement de la législation européenne en matière de menaces informatiques. (Le Matin)

Créé: 20.02.2017, 16h41


Sondage

Aimeriez-vous travailler à temps partiel?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.