Mardi 30 août 2016 | Dernière mise à jour 11:06

CES LAS VEGAS 2012 Les voitures intelligentes éviteront les accidents

Les constructeurs automobiles qui participent au grand salon de l’électronique affichent une ambition commune: éviter un maximum d'accident grâce à la sécurité active des radars et à la connectivité.

«Une voiture connectée est une voiture proactive», a souligné le patron de Daimler/Mercedes Dieter Zetsche.

«Une voiture connectée est une voiture proactive», a souligné le patron de Daimler/Mercedes Dieter Zetsche.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’allemand Mercedes affirme travailler à «une voiture qui aura moins de 1% de chance d’avoir un accident», du moins hors conduite en état d’ivresse, déclare un porte-parole.

Pour Doug Newcomb, analyste du cabinet Edmunds.com, sans le dire trop ouvertement les constructeurs travaillent en fait à des voitures de plus en plus autonomes, capables à la limite de se conduire toute seule, à l’image des véhicules testés par Google en 2010.

Une technologie controversée

«C’est très controversé, souligne Doug Newcomb, mais l’expérience de Google, marquée par un seul accident dû à une banale négligence humaine, tend à démontrer que les voitures sont plus intelligentes que de nombreux conducteurs».

Pour l’instant les constructeurs n’en sont pas encore là. Mais deux tendances déjà à l’œuvre vont contribuer à l’avènement, à moyen terme, d’une voiture semi-autonome: les dispositifs de sécurité active, où l’ordinateur de bord prend le contrôle des freins, voir du volant, et la tendance au «tout connecté».

Sécurité active

Au chapitre de la sécurité active, un porte-parole de Ford, Wes Sherwood, vante un dispositif aidant le conducteur à éviter de changer de file inopinément: «Une caméra montée sur le pare-brise se concentre sur les marquages au sol». En cas d’incursions répétées au-delà de la ligne, le volant commence par trembler pour alerter le conducteur, et peut même bouger de lui-même pour ramener la voiture dans le droit chemin.

Autrefois réservé aux modèles de luxe, le système va équiper pour la première fois sur des véhicules grand public cette année, comme le 4x4 Explorer et la Ford Fusion.

«Les consommateurs se demandent vraiment dans quelle mesure ils veulent laisser la voiture contrôler leur conduite, note Wes Sherwood, mais en général ils apprécient le système, qui est très subtil», assure-t-il. Trois cent mille systèmes de ce type ont été vendus par le constructeur depuis 2009.

Chez l’allemand Mercedes, un dispositif similaire est associé à un système de surveillance des angles morts, avec freinage automatique et rectification de la trajectoire.

Plus classiques, des systèmes radars installés par plusieurs constructeurs aident l’automobiliste à garder ses distances avec les véhicules le précédant, avec freinent automatiquement en cas de ralentissement.

Voitures connectées au net ou à un smartphone

A terme, avec le développement de la connectivité entre véhicules, pour laquelle Ford a doublé son investissement de recherche, le conducteur sera de plus en plus informé, et donc plus en sécurité.

«Une voiture connectée est une voiture proactive», a souligné mardi le patron de Daimler/Mercedes Dieter Zetsche, lors d’une conférence. Dans cette optique, le système de communication embarquée Mercedes, mbrace2, devrait pouvoir puiser sur le web des données sur la présence de dangers routiers comme du verglas, avertir l’automobiliste et rectifier sa trajectoire à temps.

Pour Doug Newcomb, il est vraisemblable qu’à terme cette connectivité passera principalement par des téléphones portables de plus en plus omniprésents.

De quoi expliquer que les constructeurs multiplient les dispositifs permettant de connecter les téléphones au tableau de bord: il ne s’agit pas seulement d’éviter la tentation dangereuse de tapoter ou de lire sur un smartphone. A terme cette intégration aura «des avantages plus importants».

Perçus généralement comme un dangereux facteur de distraction dans la voiture pour le moment, les téléphones promettent à terme d’un être un élément crucial du dispositif de sécurité de la voiture. (afp/nxp)

(Créé: 11.01.2012, 17h27)

Sondage

Indiquer la présence d'un radar sur les réseaux sociaux est-il acceptable?




Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.