Samedi 25 mars 2017 | Dernière mise à jour 08:27

Pokémon Go «Ce jeu est un pousse-au-crime»

Il n'a fallu que quelques heures après le lancement officiel du jeu pour qu'apparaissent les premiers écarts de conduite.

Le jeu de Niantic pousse certains utilisateurs à se mettre en danger.

Le jeu de Niantic pousse certains utilisateurs à se mettre en danger. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Attrapez-les tous !» Les chasseurs de Pokémon Go appliquent sans limite le slogan du nouveau jeu phénomène, au point de ne pas le lâcher au volant de leur voiture, ce qui inquiète de nombreux acteurs de la sécurité routière.

Dans l'après-midi de la sortie du jeu en France, le 24 juillet, la préfecture de l'Aisne rapportait le cas d'une «dresseuse» (le nom des chasseurs de Pokémon car, après la capture, ils les dressent et les entraînent au combat) ayant perdu le contrôle de son véhicule sur l'autoroute alors qu'elle tentait d'attraper une de ces créatures. Le lendemain, un autre accident était recensé à Besançon: un jeune homme de 22 ans percutait un muret avant d'admettre face à la police qu'il était alors en pleine chasse.

Tous les pays où est arrivé ce jeu de réalité augmentée ont été confrontés à ce type de cas.

Les virtuels Pikachu, Bulbizare et autres Carapuce se cachent un peu partout dans le monde réel. Plus on parcourt de terrain, plus on a de chances d'en capturer, voire de dénicher un spécimen rare. Les transports -voitures, motos, scooters, vélos- sont donc le moyen idéal d'augmenter son score rapidement. Certains joueurs confessent même prendre leurs véhicules dans l'unique but de chasser.

Danger à pieds

Les automobilistes ne sont pas les seuls à faire fi des règles élémentaires de sécurité routière: de nombreux piétons, obnubilés par leur quête, oublient de lever les yeux de leurs téléphones avant de traverser la route.

«Cette application transforme la route et la rue en un immense terrain de jeu sans se soucier du danger que cela représente», souligne Christophe Ramond, le directeur études et recherches de l'association Prévention routière.

Cette dernière a demandé dès le 13 juillet aux concepteurs du jeu de «mettre en place un dispositif qui bloque le jeu lorsque l'utilisateur est en situation de conduite» et que «les personnages virtuels n'apparaissent plus sur les voies de circulation pour éviter une prise de risques inutiles aux joueurs piétons».

«Pousse-au-crime»

L'association 40 millions d'automobilistes, qui évalue à «3,4 millions» le nombre de personnes «qui jouent au volant», souhaite également la création d'une «charte de responsabilité». «Le jeu est bien fait et marrant mais il joue sur la rareté et faire apparaître des Pokémon sur l'autoroute, c'est un peu un pousse-au-crime», affirme à l'AFP son directeur général, Pierre Chasseray.

Partout dans le monde, les autorités multiplient les messages de prévention.

«Don't Pokemon and drive», préconisent certains panneaux lumineux au bord des routes américaines. «Celui qui conduit, c'est celui qui ne joue pas», peut-on lire sur certaines autoroutes françaises, alors que l'Association des sociétés françaises d'autoroutes (Asfa) pointait début juillet une «nette progression» des accidents causés par l'inattention. La perte d'attention a été à l'origine de 16,9% des accidents mortels sur autoroutes en 2015.

«Dresseurs responsables»

Le gouvernement a appelé les citoyens à être «dresseurs et responsables». «Attrapez-les tous, mais pas n'importe comment!», ont également mis en garde sur Twitter les pompiers de Paris.

«Pokémon Go, c'est l'arbre qui cache la forêt d'un usage du téléphone addictif et délirant. Tout usage du téléphone au volant, que ce soit pour jouer, appeler ou envoyer des SMS, est dangereux», rappelle le délégué interministériel à la sécurité routière, Emmanuel Barbe.

Captivés par l'apparition de cibles sur leurs portables, les joueurs oublient que l'usage du téléphone - même sans jouer - est passible de 135 euros d'amende et d'un retrait de trois points sur le permis.

Le conducteur accidenté à Besançon a, lui, perdu six points et fait l'objet de trois contraventions de quatrième classe, notamment pour usage d'un téléphone au volant et non-respect des règles de sécurité. (afp/nxp)

Créé: 04.08.2016, 08h17

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.