ACCUEIL 26.10.2014 Mis à jour à 23h57

Le robot Roomba ne réconcilie pas les couples

Domotique

Les robots aspirateurs Roomba de la société iRobot se sont vendus par millions. Le phénomène intéresse les chercheurs de l’EPFL: que nous apprennent-ils des relations hommes machine?

Par Le Matin Dimanche. Mis à jour le 29.06.2013 3 Commentaires
Julia Fink: «Nos résultats contredisent le courant de pensée général qui veut que les utilisateurs tendent à projeter des caractères humains sur les robots.»

Julia Fink: «Nos résultats contredisent le courant de pensée général qui veut que les utilisateurs tendent à projeter des caractères humains sur les robots.»
Image: Andrée-Noëlle Pot

Le robot aspirateur Roomba. (Image: Andrée-Noëlle Pot)

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

A l’EPFL, Julia Fink a signé une des très rares études sur les «interactions humaines» du robot-aspirateur Roomba. Un des projets a consisté à confier un Roomba à neuf ménages romands pendant six mois. «Nous avons observé comment le robot s’est inséré dans leurs routines quotidiennes», explique Julia Fink. Conclusion? Pas facile pour un robot de se faire une place dans la routine intime du ménage. Ses trajectoires aléatoires troublent Madame, qui trouve qu’il ne va pas assez dans les coins. Monsieur espérait égayer la corvée avec un outil ultra technologique; il finit par s’en lasser parce qu’au fond, ce n’est qu’un aspirateur.

Des résultats surprenants

Une autre étude conduite en parallèle a consisté à mesurer à quel point les utilisateurs attribuent des qualités humaines à leurs robots. Julia Fink a analysé 750 messages d’utilisateurs postés sur des forums Internet à la recherche de termes anthropomorphiques. Or, à part une personne âgée, aucun des ménages sondés ne lui a donné un nom. Plusieurs ont expliqué qu’ils n’avaient tout simplement «pas envie de parler à leur aspirateur». Ces résultats ont surpris les chercheurs. «Ils contredisent le courant de pensée général en robotique qui veut que les utilisateurs tendent à projeter des caractères humains sur les robots», explique Julia Fink.

Pour en savoir plus, consultez la nouvelle application Le Matin Dimanche sur iPad ou notre E-Paper pour une lecture sur votre ordinateur personnel. (Le Matin)

Créé: 29.06.2013, 23h00

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

3 Commentaires

Violette Haddad

30.06.2013, 17:24 Heures
Signaler un abus 9 Recommandation 3

Je suis ravie de n'avoir pas contredit le courant de pensee general en robotique, puisque j'ai donne un nom a mon Robot et je lui parle frequemment !J'en suis entierement satisfaite. Répondre