ACCUEIL 19.4.2014 Mis à jour à 01h15

La Suisse cartonne en matière d'innovation

Classement

La Suisse est au premier rang mondial des pays enregistrant les meilleurs résultats globaux en matière d’innovation. Suivent la Suède, Singapour, la Finlande et le Royaume-Uni.

Mis à jour le 03.07.2012 1 Commentaire
La Suisse est au premier rang mondial de l’innovation, selon le classement annuel de 141 pays publié par l’INSEAD et l’OMPI.

La Suisse est au premier rang mondial de l’innovation, selon le classement annuel de 141 pays publié par l’INSEAD et l’OMPI.
Image: Keystone

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

La Suisse est au premier rang mondial de l’innovation, selon le classement annuel de 141 pays publié mardi par l’INSEAD et l’OMPI. La Suède, Singapour, la Finlande et le Royaume-Uni suivent parmi les pays enregistrant les meilleurs résultats globaux en matière d’innovation.

Selon l’Institut européen d’administration des affaires (INSEAD) et l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), les Pays-Bas, le Danemark, Hong Kong, l’Irlande et les Etats-Unis se trouvent également parmi les dix premiers. La Suisse occupait déjà le premier rang l’an dernier.

«Cet indice nous rappelle le rôle essentiel que jouent les politiques en faveur de l’innovation dans le débat sur la relance de la croissance», a affirmé le directeur général de l’OMPI Francis Gurry. Il a appelé à «résister à la pression à la baisse qu’exerce la crise actuelle sur l’investissement».

Le vice-président exécutif et chef de la technologie de Nestlé Werner Bauer a salué devant la presse «l’environnement particulièrement riche et stable pour l’innovation» offert par la Suisse. Il a attribué la performance helvétique à son système éducatif, à l’étroite collaboration entre le public et le privé et à un environnement de travail très attractif.

«La Suisse est un grand pays pour faire de la recherche et du développement», a déclaré le représentant de Nestlé lors de la conférence de presse.

Europe à deux vitesses

La Suisse est parmi les dix premiers pays dans les quatre sous- indices, à l’exception des institutions (13e) où le rapport souligne quelques faiblesses, comme la difficulté à démarrer une nouvelle entreprise ou à régler une faillite.

Parmi les autres pays européens, la Norvège est 14e, l’Allemagne 15e, la Belgique 20e, l’Autriche 22e, la France 24e, l’Espagne 29e, l’Italie 36e, la Grèce 66e. Le rapport constate l’apparition d’une «Europe à plusieurs vitesses», entre l’Europe du Nord et de l’Ouest et les pays d’Europe du Sud et de l’Est qui enregistrent de moins bons résultats.

Les Etats-Unis ont reculé de trois places, en raison de faiblesses dans le domaine de l’éducation. Le Japon est 25e, la Chine 34e, la Russie 51e, le Brésil 58e et l’Inde 64e.

La Chine en tête de l’indice de l’efficacité

En complément du classement global, l’indice mondial de l’efficacité de l’innovation montre quels pays parviennent le mieux à transformer les moyens dont ils disposent en résultats.

Selon cet indice, la Chine et l’Inde sont en tête des pays qui produisent de bons résultats malgré un environnement et des moyens moins propices à l’innovation. Selon ce classement, la Suisse est au 5e rang mondial.

Le rapport souligne les progrès des «apprentis dans le domaine de l’innovation», des économies à revenus moyens qui enregistrent des résultats en hausse dans ce domaine grâce aux améliorations apportées à leur cadre institutionnel, à leur main d'oeuvre qualifiée, à une infrastructure de meileure qualité et à un environnement commercial moderne.

Parmi ces pays, l’INSEAD et l’OMPI mentionnent la Lettonie, la Malaisie, la Chine, le Monténégro, la Serbie, la Moldavie, la Jordanie, l’Ukraine, l’Inde, la Mongolie, l’Arménie, la Géorgie, la Namibie, le Vietnam, le Swaziland, le Paraguay, le Ghana et le Sénégal.

Le rapport souligne la dimension systémique de l’innovation, l’un des points forts de la Suisse et des pays scandinaves. Les nations les plus innovantes ont renforcé les liens entre les différents acteurs, dans le domaine des sciences, de l’enseignement supérieur, des organismes publics ainsi que du secteur privé. (ats/Newsnet)

Créé: 03.07.2012, 13h12

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

1 Commentaire

Patrick Luder

03.07.2012, 15:37 Heures
Signaler un abus 2 Recommandation 0

On ne peut pas être à la fois génie et entrepreneur ... Beaucoup d'excellents développements mais finalement peu de mise en pratique tenable. La Suisse pourrait faire mieux en matière de facilités administratives et donner un peu de mou au travail en transférant une partie des charges sociales, par exemple sur l'utilisation des matières premières non renouvelables ou sur la finance ... Répondre