ACCUEIL 22.7.2014 Mis à jour à 19h53

Comment résister aux réseaux sociaux?

Facebook

Perte de temps, problèmes de sécurité, contrôle de l’information: de nombreux rebelles, technophobes ou gardiens de leur vie privée, se refusent encore à plonger dans l’internet communautaire.

Mis à jour le 03.02.2012 17 Commentaires
Huit ans après sa création, Facebook est devenu presque incontournable.

Huit ans après sa création, Facebook est devenu presque incontournable.
Image: AFP

Articles en relation

Mots-clés

[Alt-Text]

Le réseau fondé en 2004 par Mark Zuckerberg, alors étudiant à l’Université de Harvard, a déposé mercredi le dossier de ce qui s’annonce comme la plus grosse introduction en Bourse jamais réalisée par la net-économie, chiffrée pour le moment à 5 milliards de dollars.

Huit ans après sa création, Facebook est de toutes les conversations et on ne sait plus trop si les relations sociales «physiques» sont influencées par les réseaux sociaux numériques ou si ces derniers déterminent les premières.

C’est justement ce que ne peuvent accepter les rebelles du XXIe siècle qui refusent de rejoindre Facebook: la pression de leur entourage, qui réclame à cor et à cris qu’ils rejoignent la famille des «Facebookiens».

Difficile de résister

«Finalement, j’ai craqué, et maintenant j’ai 200 amis», témoigne Matthew Herman, un créateur de mode de 31 ans qui a ouvert son compte samedi dernier après s’y être refusé pendant des années.

D’un côté, Matthew Herman résistait «par une forme de snobisme, pour faire le contraire du courant dominant», a-t-il expliqué. «J’étais fier de vivre ma vie de façon réelle (...). Simplement, je ne voulais pas participer à quelque chose dont tout le monde parlait».

Mais d’un autre côté, «il y avait de plus en plus de réunions dont je n’étais pas au courant, et on me disait: tu n’es pas sur Facebook, j’ai complètement oublié’ de t’inviter». Sans compter que dans ces réunions, Matthew finissait par ne jamais savoir de quoi parlaient les invités. C’est ainsi qu’il a fini par céder et s’inscrire, reconnaissant finalement que c’est une bonne manière de reprendre contact avec d’anciens amis.

Perte de temps

Il observe enfin que lorsqu’il a franchi le pas, ses amis l’ont accueilli avec un déluge de messages de bienvenue, comme s’ils étaient heureux de pouvoir retrouver enfin la brebis égarée.

Il existe aussi des gens qui refusent Facebook parce qu’ils considèrent que c’est une perte de temps ou parce qu’ils ne savent pas à quel réseau social adhérer, préférant finalement tous les ignorer.

«Il y a beaucoup de sites sociaux disponibles: Facebook, LinkedIn, Twitter, Google+», explique à Mike Isaac, journaliste à la revue spécalisée dans les technologies Wired. «Du coup, il est difficile de séparer le bon grain de l’ivraie et au lieu d’en choisir un, certains décident de se passer de tous».

Une autre raison d’éviter Facebook est la sécurité. «Avec la quantité de menteurs et d’imposteurs, beaucoup de gens ont peur d’exposer leur vie privée sur internet», observe Mike Isaac.

Sécurité des données

«Les configurations de sécurité sont tout sauf claires et au lieu de naviguer à travers des filtres compliqués pour protéger leur données personnelles, ils préfèrent ne pas participer», dit-il. «C’est particulièrement vrai pour les enfants, dont le parents voient d’un mauvais œil la présence sur internet».

«Il y a un nombre significatif de technophobes qui sont gênés à l’idée d’embrasser les réseaux sociaux. Ceux qui ne sont pas nés avec la société de l’information, par exemple, ont davantage tendance à être contre ce nouveau moyen de communication», poursuit- il.

Cela n’empêche pas les personnes âgées d’être l’un des segments d’utilisateurs connaissant la plus forte croissance, dit-il, précisant que beaucoup d’entre eux adoptent Facebook pour se mettre en contact avec leurs enfants et petits-enfants éloignés.

Créé: 03.02.2012, 10h37

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

17 Commentaires

The Boss

03.02.2012, 11:27 Heures
Signaler un abus 12 Recommandation 0

J'ai été Facebookien pendant 2 ans... Il y a maintenant 18 mois que j'ai quitté cette immense connerie, et j'en suis très content. Je n'ai plus d'"amis" virtuels (plus de 500 à l'époque...). Mais mes vrais amis, je les vois, je leur téléphone, on fait la fête ensemble et on peut même bien se marrer sans obligatoirement dire "lol" ou "mdr"...
Bref, aucun regret... Et je n'y reviendrai jamais !
Répondre


Eric moNom

03.02.2012, 11:08 Heures
Signaler un abus 9 Recommandation 0

Moi, c'est surtout parce que je refuse d'être la marchandise de FB et d'enrichir le plus jeune milliardaire au monde.
Si tes amis ne te parlent plus ou ne t'invitent plus parce que tu n'es pas sur FB, sont-ce vraiment tes amis ??
Répondre



Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne