ACCUEIL 30.8.2014 Mis à jour à 22h08

Des «chevaux et des baïonnettes», histoire d'un buzz

Vanne

Il aura suffi d'une petite blague à Barack Obama lors du dernier débat présidentiel pour occuper une bonne partie des réseaux sociaux ce matin et faire passer son adversaire Mitt Romney pour un vieux réactionnaire.

Par Sandrine Perroud. Mis à jour le 23.10.2012 8 Commentaires

1/14 En Napoléon.
http://horsesandbayonets.tumblr.com/

   

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

A peine lâchée, la vanne de Barack Obama a déclenché des réactions en chaîne sur le Net.

Lors du dernier débat télévisé des candidats à la Maison Blanche, Mitt Romney a reproché au président sortant le petit nombre de bateaux que possède l’armée américaine. Barack Obama a alors rétorqué que les Etats-Unis avaient également «moins de chevaux et de baïonnettes». Une réplique visant à invalider avec humour la critique du républicain.

C'était plutôt bien vu. Le hashtag (qui permet de référencer les contenus) #HorsesAndBayonets est d’un coup devenu culte sur Twitter. La plupart des commentaires se contentent d’afficher un gros rire jouissif de type «LOL».

Certains se font toutefois plus mordants: «Je suis très inquiet de l’absence d’éléphants de guerre dans l’armée américaine», «Mon grand-père était dans la cavalerie durant la Première Guerre mondiale. Nous avons sa baïonnette, si le gouvernement en a besoin», ou encore, «Les chevaux et les baïonnettes sont notre dernier espoir...». Mais la blague ne remporte évidemment pas l’unanimité. Certains la qualifie d’«infantile» ou de «ridicule». D’autres y voient un signe «désespéré» du candidat démocrate pour rassembler des voix.

En Napoléon

Sur le réseau Tumblr, plusieurs parodies en images de la vanne du président démocrate défilent depuis la fin du débat télévisé (voir galerie ci-dessus). On y voit Mitt Romney en Napoléon ou à cheval, sur un champ de bataille d’un autre temps, prêt à l'attaque.

La réplique a ainsi permis à Barack Obama de reléguer à peu de frais Mitt Romney dans la catégorie des hommes du passé. Et donc, en d’autres mots, d’être un conservateur peu au fait de la modernité.

Le hashtag du jour vient s’ajouter à deux autres buzz de la campagne présidentielle américaine: le premier, #BigBird, faisait référence aux coupes budgétaires promises par le candidat républicain: «Je vais tuer Big Bird», avait-il déclaré lors du premier débat télévisé. Les Américains ont ainsi compris qu’il comptait couper les subventions de la chaîne PBS, qui diffusait le débat, car il citait le dessin-animé culte «Sesam Street» de la chaîne où apparaît le «BigBird» en question.

Le second buzz, #BindersFullOfWomen, était là aussi le résultat d'une annonce de Mitt Romney. Pour défendre l’égalité hommes-femmes de son équipe lors de son mandat de gouverneur du Massachussetts, le candidat avait déclaré aux médias avoir récolté des «dossiers plein de femmes». Une tournure maladroite qui aura suffit à déchaîner les impitoyables réseaux sociaux.

La réplique cinglante de Barack Obama en vidéo: (Newsnet)

Créé: 23.10.2012, 10h13

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

8 Commentaires

François Etienne

23.10.2012, 10:44 Heures
Signaler un abus 14 Recommandation 10

Ce tragique théâtre guignol entretient la galerie. USA, pays de la liberté oppressive, que fais-tu de tes cinquante millions de très pauvres, de ces malades éjectés de l'hôpital vers la rue ? L''American dream' ? NON MERCI. Répondre


Olivier Viret

23.10.2012, 22:23 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 0

François E. & Guillaume M. : Vous êtes totalement hors sujet ! P.S. : J'aime bien l'humour de Georges et Carl. ;-) Répondre



Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne