ACCUEIL 24.5.2016 Mis à jour à 11h35

Facebook tolère le gore, pas les tétons

Modération

Un ancien modérateur a dévoilé les règles de filtrage du réseau social. Plongeon dans la morale selon Facebook, où les cadavres écrabouillés choquent moins que les t-shirts mouillés.

Par Simon Koch. Mis à jour le 24.02.2012
Pour la première fois, les régles de modération de Facebook ont filtré.

Pour la première fois, les régles de modération de Facebook ont filtré.
Image: Reuters

Articles en relation

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Il a craqué, Amine Derkaoui. Ce marocain de 21 ans a travaillé quelques semaines à filtrer les contenus signalés sur Facebook. Un travail harassant, qui confronte le modérateur à des images choquantes, pour un salaire horaire de 1 dollars l’heure. «C’est humiliant. Ils exploitent le tiers-monde», a confié le jeune homme au site Gawker, à qui il a remis les règles de modération du site.

Engagé par un sous-traitant (la société oDesk), le modérateur travaillait depuis chez lui. Il voyait passer sans discontinuer un flux de photos, vidéos et liens signalés comme inappropriés par les utilisateurs de Facebook. Ses options: confirmer le caractère offensant, avec effacement immédiat du contenu, retirer la demande de censure ou transmettre le cas à un modérateur supérieur, directement chez Facebook.

La morale selon Facebook

Dans ses conditions d’utilisation, Facebook est toujours resté très général sur ses critères de modération. «Vous ne publierez pas de contenus: incitant à la haine ou à la violence, menaçants, à caractère pornographique ou contenant de la nudité ou de la violence gratuite», dit le document que peu d’internautes ont lu. On peut comprendre l’économie de détails, pour faciliter un travail de modération souvent délicat.

Mais en coulisse, le filtrage n’est pas laissé à la jugeote des employés. Des règles étonnamment claires et précises sont appliquées par une armée de modérateurs. Le manuel de 17 pages fourni par Amine Derkaoui à Gawker révèle la morale selon Facebook.

Allergique au sexe, pas à la violence

On savait le réseau particulièrement allergique au sexe et à la nudité, allant jusqu’à censurer des images de mères donnant le sein à leur bébé. La règle est la suivante: les photos sont censurées dès qu’un téton est visible. Même en transparence. Les images qui laissent entrevoir le contour d’un sexe masculin ou féminin sous des vêtements moulants («moose knucle» ou «camel toe»), ou des fesses nues ne sont pas non plus tolérées.

Facebook se montre beaucoup plus laxiste sur la violence et le gore. Têtes et membres écrasés sont tolérés, à condition «qu’on ne voie pas l’intérieur», précise le document. Idem pour les drogues douces. Le cannabis est toléré aussi longtemps que l’utilisateur ne cherche pas à vendre ou acheter de la marchandise.

Les règle de modération sur Facebook:

oDeskStandards (nxp)

Créé: 24.02.2012, 12h12

Publicité

Sondage

Croyez-vous aux OVNI?




Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne