ACCUEIL 29.5.2016 Mis à jour à 17h09

Google, omniprésent de A à Z

Web

Google a décidé de se réformer et se rebaptise Alphabet, une holding tentaculaire qui contrôle des sociétés actives dans d’innombrables secteurs. Une emprise inquiétante?

Par Renaud Michiels. Mis à jour le 12.08.2015 16 Commentaires
Le siège social de Goole à Mountain View, Californie.

Le siège social de Goole à Mountain View, Californie.
Image: Keystone

Faites-vous confiance à un géant comme Google?

La holding Alphabet, une société mère qui chapeautera:

GOOGLE
Désormais dirigée par Sundar Pichai, l’entité Google est évidemment la plus importante d’Alphabet. D’autant qu’outre le moteur de recherche, la société comprend YouTube, Android, Maps, Gmail, Chrome ou tous les services Web et applications mobiles. Ainsi que tout le secteur publicitaire, qui génère aujourd’hui quelque 90% des revenus du géant américain.

CALICO
L’entreprise de biotechnologie Calico a été créée par Google il y a deux ans. Ses recherches en génétique ont pour but d’améliorer le vieillissement et même de «tuer la mort». En poursuivant un rêve de vie éternelle, avec des humains «réparables» ou «améliorés» grâce aux nanotechnologies ou à la robotique.

VENTURES ET CAPITAL
Google Ventures et Google Capital sont deux sociétés indépendantes d’investissements. Ventures mise plutôt sur des start-up débutantes, comme ça avait été le cas avec Uber. Capital sur des compagnies plus établies, à l’image du spécialiste des robots militaires Boston Dynamics.

FIBER
Il s’agit d’un projet de construction d’un réseau ultrarapide de fibre optique – jusqu’à 1000 mégabits par seconde. Le service a d’abord été installé en phase expérimentale à Kansas City. Fiber est désormais dans sa phase commerciale et veut s’implanter à Austin, Atlanta, Nashville, Salt Lake City ou San Antonio.

NEST
Google a déboursé l’an passé 3,2 milliards de dollars pour s’offrir Nest, une société spécialisée dans la domotique. Elle développe et vend des produits connectés pour la maison: thermomètres, détecteurs de fumée, caméras, etc.

GOOGLE X
C’est le vrai laboratoire de Google, où l’on planche sur des innovations décoiffantes: voitures sans pilote, Google glasses, drones de livraison, ascenseur pour l’espace, montgolfières servant de relais Internet… Google X englobe aussi Life Science, une société qui travaille par exemple sur des lentilles de contact surveillant le taux de glucose des diabétiques.

SIDEWALKS LABS
Toute nouvelle structure, le Sidewalk Labs a pour mission d’améliorer nos vies en ville grâce à des innovations technologiques. Les premiers projets concrets n’ont pas été révélés. Mais selon la presse américaine il s’agirait par exemple de truffer New York de bornes wi-fi pour offrir un accès gratuit partout dans la cité.

Articles en relation

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Au revoir Google, bonjour Alphabet. Le géant a annoncé lundi une refonte complète de sa structure en créant une holding baptisée Alphabet. Qui deviendra la maison mère de toutes les sociétés du groupe américain. «Nous pensons que nous pouvons rendre notre entreprise plus claire et plus responsable», a expliqué Larry Page, cofondateur et directeur général de Google.

Concrètement, ça ne changera pas notre vie: l’utilisateur retrouvera son moteur de recherche inchangé. L’idée, pour Google, est de séparer ses activités Web d’autres plus expérimentales. La nouvelle structure est avant tout destinée à plaire à Wall Street car les investisseurs devraient désormais mieux identifier les profits générés par tel ou tel domaine. «Google était devenu une énorme structure très centralisée. La société crée aujourd’hui des entités plus agiles, autonomes, qui devraient être plus innovantes», ajoute le spécialiste des technologies digitales Laurent Haug, fondateur de Lift.

Google est partout!

Reste que si la création d’Alphabet ne bouleverse pas notre quotidien, on découvre ou redécouvre avec la mise à plat de toutes les activités menées par la pieuvre américaine à quel point elle est omniprésente dans nos vies. Google, YouTube, Gmail, Android, Maps. Mais aussi les taxis Uber, des robots, de la domotique, de la fibre optique, des drones, des voitures autonome, de la recherche sur l’urbanisme, la génétique, «la vie éternelle»… Google semble partout!

Une emprise inquiétante? Et qui ne peut que continuer à s’accentuer? «Tous ces domaines explorés par Google représenteront un défi à notre vigilance», répond Laurent Haug. «Car on remarque qu’ils cherchent encore et toujours à mettre la main sur nos données personnelles. A savoir où l’on va avec la Google car. A entrer dans nos maisons grâce aux objets connectés. Où à connaître ce que l’on regarde ou comment on surfe avec la fibre optique. Sans compter tout le domaine médical.»

«Oui, Google apparaît tentaculaire et, aujourd’hui comme demain, chacun se doit d’être attentif aux données qu’il cède», enchaîne Stéphane Koch, spécialiste en sécurité informatique et en stratégie digitale. «Mais personne ne sait de quoi demain sera fait et je trouve qu’on va un peu vite en dépeignant souvent Google comme le diable ou Big Brother. Apple ou Microsoft font de même.»

Pour ces deux spécialistes, la stratégie de diversification de Google a d’ailleurs aussi de nombreux aspects positifs. «Santé, domotique, robotique: Google cherche à identifier les domaines porteurs du futur. Et comme l’entreprise a beaucoup de cash elle investit massivement», note Stéphane Koch. «Certains investissements ne donneront rien, d’autres rapporteront peut-être énormément. Mais en attendant c’est plutôt positif: ça crée de la recherche, du développement, du savoir.»

Bon pour l'innovation

Son de cloche assez similaire chez Laurent Haug. «En explorant de nouveaux territoires Google mène tout de même une stratégie intéressante, ambitieuse et portée sur le long terme. L’entreprise stimule l’innovation et injecte de l’argent dans des domaines dans lesquels les autorités publiques n’investissent pas.» En matière de développement, Google semble connaît son alphabet. (Le Matin)

Créé: 12.08.2015, 06h35

16

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

16 Commentaires

Georges Boulet

12.08.2015, 07:10 Heures

Cool ! Bientôt, on ne pourra plus utiliser le mot "alphabet" sous peine de poursuite pour atteinte aux droits d'auteur. Répondre


Marc Schneider

12.08.2015, 10:22 Heures

"Nous pensons que nous pouvons rendre notre entreprise plus claire et plus responsable" Alors ça ce sera à confirmer, peut-être plus responsable des lois américaines mais certainement pas le reste du monde. Répondre



Sondage

Etes-vous choqué que Swisscom offre un traitement de faveur aux parlementaires?




Les salaires à plus d'un million des grands patrons sont-ils justifiés?

Oui, ils font aussi gagner des millions

 
21.0%

Non, c'est hors de proportion

 
76.1%

Je n'ai pas d'avis sur la question

 
2.9%

2713 votes au total

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne