ACCUEIL 25.10.2014 Mis à jour à 12h07

Le site de Reuters piraté pour la deuxième fois

Informatique

Des pirates informatiques ont à nouveau ciblé mercredi le site de l'agence de presse Reuters, pour la deuxième fois en deux semaines, y postant une fausse information annonçant la mort du ministre saoudien des Affaires étrangères.

Mis à jour le 15.08.2012

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

«La plateforme de blogs du site de Reuters News a été piratée mercredi et une fausse information a été illégalement introduite sur le blog d'un journaliste de Reuters, affirmant que le ministre des Affaires étrangères saoudien, le prince Saoud Al-Fayçal était mort», a annoncé l'agence.

Le prince de 72 ans a été opéré la semaine dernière des intestins.

Cette information n'a pas été donnée par Reuters News et la fausse information a été effacée du blog, a précisé l'agence en ajoutant qu'elle ignorait qui était derrière cette attaque.

Reuters avait déjà annoncé le 3 août une attaque sur son site. Les pirates y avaient notamment posté une fausse interview du chef des rebelles syriens.

Fausse interview

«Notre plate-forme de blogs a été sabotée et des articles en ligne fabriqués de toutes pièces ont été attribués de façon erronée à des journalistes de Reuters», avait annoncé dans un communiqué la maison-mère, Thomson Reuters.

La fausse interview faisait notamment dire au chef de l'Armée syrienne libre Riyad al-Asaad que les rebelles se retiraient de la ville d'Alep.

Reuters avait affirmé n'avoir jamais fait cette interview. L'Armée syrienne libre avait elle aussi démenti une telle interview, accusant le régime de Bachar el-Assad du piratage (afp/Newsnet)

Créé: 15.08.2012, 17h40

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment