ACCUEIL 2.10.2014 Mis à jour à 18h21

Google Street View sauve sa peau en Suisse

Protection des données

Le service cartographique ne devra pas flouter 100% des visages et des plaques de voitures, estime le Tribunal fédéral. Cette exigence aurait conduit à la fermeture de Street View.

Par Simon Koch. Mis à jour le 08.06.2012 26 Commentaires
Goggle devra mieux informer la population lorsque l’entreprise prévoit des prises de vue à certains endroits.

Goggle devra mieux informer la population lorsque l’entreprise prévoit des prises de vue à certains endroits.
Image: archive/Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

[Alt-Text]

Les Suisses pourront continuer de se balader dans le pays au moyen de Google Street View. Et d’y croiser ici et là des personnes non floutées et de plaques minéralogiques lisibles.

Le Tribunal fédéral (TF) vient de casser un jugement du Tribunal administratif fédéral (TAF), qui demandait au géant d’internet un anonymat garanti à 100% sur son service Street View.

Dans l’optique de faire respecter le droit suisse en matière de protection de la vie privée, le Préposé fédéral à la protection des données (PFPDT), exigeait que chaque visage et chaque plaque de voiture apparaissant sur Google Street View soient floutés. Et tant pis si cet anonymat demandait une inspection manuelle des millions de clichés

Exigence disproportionnée

Google, pour qui Street View est aussi une source de revenus, s’est toujours refusé à franchir ce pas, soulignant qu’un floutage infaillible était impossible à réaliser, et que cette exigence risquait tout bonnement d’aboutir à la fermeture du service pour la Suisse.

Le TF a manifestement entendu cet argument. Les juges de Mon-Repos estiment qu’une anonymisation totale irait trop loin et serait disproportionnée. Et de rappeler qu’à peine 1% des images sont insuffisamment anonymisées sur Street View.

«Nous sommes heureux que le Tribunal fédéral nous ait donné raison sur un point essentiel de notre recours, reconnaissant l'existence de solides outils de contrôle et de protection de la vie privée, tels que le floutage automatique des visages et des plaques d'immatriculation, a réagi Daniel Schönberger, responsable chez Google Suisse. Nous analysons en détail cette décision et discutons avec le Préposé fédéral à la protection des données afin d’étudier les différentes options qui s’offrent à nous.»

Google peut mieux faire

Le TF donne toutefois raison au Préposé fédéral à la protection des données sur un point: les lieux sensibles. Les juges exigent une anonymisation complète des personnes et des signes distinctifs à proximité des écoles, hôpitaux, maisons de retraite, foyers d’accueil pour femmes, ainsi que les tribunaux et les prisons. Et ce floutage doit être effectué avant la publication des clichés sur internet.

Le PFPDT se félicite de cet arrêt du TF. Les juges confirment sa position juridique sur des points essentiels. «Ils soulignent que l’anonymisation des personnes lors de la publication sur internet doit être soumises à des contraintes strictes», se félicite Hanspeter Thür, Monsieur protection des données.

«Dans l’ensemble, c’est une victoire pour la protection des données, relève Sébastien Fanti, avocat spécialisé dans les nouvelles technologies. Le floutage total à proximité des lieux sensibles ouvre la porte à d’autres procédures. Pour Google, c'est une défaite majeure, car jusqu'ici la firme soutenait ne pas être soumise au droit suisse.».

Stéphane Koch, spécialiste en technologies et sécurité de l’information, salue l’arrêté du TF. Pour lui, exiger l’infaillibilité de Google était irréaliste. «Google fait des erreurs, et il est légitime de lui demander de les corriger le plus rapidement possible». Reste que cette «croisade» contre le géant du Web ne doit pas faire oublier que le citoyen est l’objet de nombreuses intrusions dans sa sphère privée, estime le spécialiste. Et de citer par exemple l’omniprésence de caméras de surveillances dans les bars et les restaurants, contrôlés de manière trop aléatoire. «Il n’est pas cohérent d’être jusqu’au-boutiste avec certains, et laxiste envers d’autres».

Améliorer la communication

Google devra aussi revoir sa copie sur d’autres points. Notamment en mettant à disposition gratuitement sur internet un service de réclamation davantage visible ainsi qu’une adresse postale pour les plaintes. Les indications qui figurent sur le site sont actuellement insuffisantes selon le TF.

Google doit également mieux informer la population lorsque l’entreprise prévoit des prises de vue à certains endroits. Elle ne peut se contenter d’une information sur son site mais doit annoncer sa venue en informant par le biais de la presse locale et régionale.

Enfin, le floutage automatique devra être adapté régulièrement selon l’état de la technologie. (Newsnet)

Créé: 08.06.2012, 11h58

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

26 Commentaires

John Kernen

08.06.2012, 14:06 Heures
Signaler un abus 16 Recommandation 0

les gens étalent leur vie sans vergogne sur les réseaux sociaux. Mais avoir son visage sur Google oulala scandale Répondre


La raison du plus fort

08.06.2012, 13:16 Heures
Signaler un abus 11 Recommandation 0

C’est pour le moins étrange qu’un appareil photo numérique à ~200 SFR puisse faire de la reconnaissance de visage mais que, malgré les moyens dont il dispose, Google ne puisse pas en faire autant pour détecter automatique les visages et les floutter. La Suisse n’aurait-elle pas, une fois de plus, rampé devant un puissant? Répondre



Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne