Mercredi 31 août 2016 | Dernière mise à jour 09:56

Rio+20 Google lance la carte culturelle d'une tribu d'Amazonie

Google a dévoilé samedi à Rio de Janeiro une carte culturelle des Indiens Surui, un instrument digital qui aidera la tribu amazonienne à partager sa vaste connaissance de la forêt et à combattre la déforestation.

Le chef Almir a salué ce projet qui «montre au monde à travers Google la valeur de notre culture».

Le chef Almir a salué ce projet qui «montre au monde à travers Google la valeur de notre culture». Image: AFP

Recyclage artistique

Le recyclage des ordures a gagné une nouvelle notoriété samedi grâce à une installation de l'artiste plasticien brésilien Vik Muniz, près du Musée d'art moderne (MAM) de Rio, en marge de la conférence de l'ONU sur le développement durable Rio+20.

Il faut monter sur une passerelle à dix mètres du sol pour voir la baie de Rio recomposée en matériel recyclé: bouteilles, verres et sacs en plastique, cannettes de bière ou de coca, boîtes de lait en carton et capsules.Cette installation de 30 mètres x 40 mètres a commencé vendredi et se poursuivra jusqu'à la fin du sommet qui réunira plus de cent chefs d'Etat et de gouvernement du monde entier, du 20 au 22.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La carte, résultat d'un partenariat de cinq ans entre le cacique (chef) Surui Almir et le géant américain de l'internet, a été montré pour la première fois lors d'un forum d'entreprises, en marge de la conférence sur le développement durable Rio+20.

Sur l'image animée de la planète de Google Earth, on voit un petit point dans le vaste Brésil: c'est la tribu surui, qui comprend 1.300 personnes vivant sur un territoire de 240.000 hectares dans l'Etat amazonien de Rondonia (nord-ouest).

L'application présente des photos et vidéos en 3D de la forêt où vivent les indigènes, accompagnées de récits de leurs traditions et coutumes. Ces images sont visibles sur Google Earth ainsi que sur le site www.paiter.org.

Montrer au monde

Portant une coiffure de plumes multicolores, le chef Almir a salué ce projet qui «montre au monde à travers Google la valeur de notre culture».

Almir, qui avait proposé l'idée de la carte à Google lors d'un voyage aux Etats-Unis il y a cinq ans, a dit lors d'une conférence de presse être particulièrement fier de l'apport des Surui au projet, en particulier la narration.

«Ceci est réellement un projet innovant pour Google», a dit Rebecca Moore, responsable du projet.

Déboisement clandestin

Le cacique surui a annoncé que les indiens utiliseront la carte ainsi que des smartphones pour surveiller le déboisement clandestin autour de son territoire.

Almir a assuré que son objectif était de faire prendre conscience de la nécessité d'un usage durable des forêts. «Nous connaissons la forêt, Google donnait la technologie et nous avons noué un partenariat pour le bien des forêts», a-t-il ajouté.

La responsable de Google a souligné que la même technologie serait utilisée pour aider d'autres tribus indiennes dans le monde, y compris au Canada et en Nouvelle-Zélande.

En 2011, Google avait cartographié une section du fleuve amazonien Rio Negro, transposant au coeur de la forêt son programme Street View qui permet aux internautes d'explorer les villes avec des images à 360°. (afp/nxp)

(Créé: 16.06.2012, 23h12)

Sondage

Faire honte pour lutter contre l'alcoolisme, est-ce une bonne idée?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.