Dimanche 28 août 2016 | Dernière mise à jour 23:42

Cybercriminalité Des pros sensibilisent les enfants aux risques du web

Un réseau international de professionnels bénévoles de sécurité informatique, actif également en Suisse, propose de donner des cours dans les classes sur les dangers liés à internet.

Les enfants ne sont pas souvent conscients des dangers du web. Un nouveau programme veut les aider à mieux utiliser internet.

Les enfants ne sont pas souvent conscients des dangers du web. Un nouveau programme veut les aider à mieux utiliser internet. Image: Keystone

Les parents ont aussi des lacunes

Les jeunes ne sont pas les seuls à ne plus savoir distinguer le légal de l’illégal sur internet. Les parents ont également des lacunes. De nombreux parents, et même des enseignants ne sont pas conscients des activités en ligne de leurs enfants, indique Jean Marcel Haeberli, responsable des opérations informatiques d’un grand groupe horloger et porte-parole du programme SSO en Suisse romande. S’il n’avait qu’un seul conseil à donner aux adultes, ce serait de placer l’ordinateur familial dans un endroit accessible de manière à en pouvoir surveiller l’écran. Sans négliger les smartphones, tablettes et autres consoles de jeux qui leur permettraient de surfer en toute discrétion dans leur chambre…

Du reste, la Confédération est également consciente du problème des parents. Dans le cadre du programme national Jeunes et médias, elle vient de mettre à leur disposition une brochure, «Compétences médiatiques: conseils pour utiliser les médias numériques en toute sécurité». Elaborée par des experts en psychologie des médias, elle apporte des réponses aux principales questions que se posent les parents sur l’utilisation des médias par leurs enfants.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Alors qu'un Bernois de 47 ans vient d'être arrêté après avoir abusé de 44 ados en se faisant passer pour une jeune fille sur Facebook, la sécurité des jeunes sur internet est une nouvelle fois brûlante d'actualité. Un nouvel acteur débarque en Suisse pour tenter de mieux appréhender les risques liés au web. Il s’agit de la Fondation (ISC)2, une organisation à but non lucratif d’origine anglaise et qui vient de lancer un programme d’éducation destiné aux élèves de 7 à 14 ans.

Baptisé Safe and Secure Online (SSO), le programme suisse est mené par des bénévoles, tous formés pour ce genre de démarche et certifiés par la Fondation, et surtout tous experts en matière de sécurité de l’information au sein de grandes entreprises ou d’institutions gouvernementales. «Nous avons déjà donné des cours dans quelques écoles en guise de tests. Maintenant nous sommes 35 personnes prêtes à œuvrer dans toute la Suisse, explique Jean Marcel Haeberli, responsable des opérations informatiques d’un grand groupe horloger et porte-parole du programme SSO en Suisse romande.

Vol d'identité ou mots de passe

Concrètement, la Fondation est d’abord mandatée par une école. Les bénévoles donnent ensuite aux élèves un cours de 45 minutes ou d’une heure, en utilisant du support multimédia. Nous montrons aux jeunes les risques liés à la sécurité personnelle», continue l’expert. Au programme: vol d’identité, conseils sur la gestion des mots de passe, géolocalisation des photos, comment éviter de tomber dans des pièges et où trouver de l’aide.

Le téléchargement sécurisé de musique est également au menu. Selon lui, les jeunes, très au fait sur la manière de procéder, sont en revanche peu au courant de ce qui est légal ou illégal. «Ils savent qu’ils n’ont pas le droit de voler des CD dans un magasin. Par contre, ils ne se rendent pas compte que de se servir gratuitement de ce qui est disponible sur internet peut être du vol», note Jean Marcel Haeberli.

Autre problème selon l’expert : l’impact que peut avoir la publication d’informations ou de photos sur des réseaux sociaux comme Facebook. «Autrefois, quand un élève était le souffre-douleur de sa classe, les quolibets restaient dans le périmètre de l’école ou du village. Aujourd’hui, quand ses camarades se mettent à publier des méchancetés à son sujet sur un réseau social, il en restera toujours des traces quelque part. Or les jeunes - mais aussi les parents - ne se rendent pas compte que tout ce qui est publié sur le web, ne disparaît jamais», soupire le bénévole de (ISC)2.

Vision générale de la sécurité du web

En quoi ce programme éducatif se distingue-t-il de ce qui existe déjà en Suisse pour lutter contre la cybercriminalité chez les jeunes, à l’image de ce que met sur pied l’organisation Action Innocence? «Nous ne voulons pas les concurrencer mais plutôt être complémentaires», explique Jean Marcel Haeberli. «Ainsi, Action Innocence s’occupe surtout des problèmes de pédophilie liés à Internet et s’adresse plutôt à des ados. Nous, nous offrons un point de vue général sur la sécurité sur le web et notre public-cible est plus jeune».

Car les risques ne sont pas que théoriques, rappelle le bénévole. Ils peuvent avoir une influence directe sur le comportement scolaire de l’enfant. Car des activités en ligne excessives, notamment en soirée, peuvent engendrer un manque de sommeil et par conséquent la détérioration de notes en classe. Éduquer les enfants dès leur plus jeune âge pour que leur comportement sur internet soit mieux cadré, leur permettra de les ménager et de savoir éviter les pièges du web en grandissant.

Pour prendre contact avec le chapitre suisse d'(ISC)2:
sso@isc2chapter-switzerland.ch (nxp)

(Créé: 06.02.2013, 15h56)

Sondage

Prendre l'apéro en uniforme, est-ce choquant?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.