Mercredi 28 septembre 2016 | Dernière mise à jour 04:57

Gore Les zombies s'emparent du CERN

Des chercheurs du CERN ont tourné un film d’horreur au nez et à la barbe du centre européen de recherche. Lancée ce week-end sur Internet, la fiction sanglante connaît un succès international.

Mots-clés

«Decay», le film entier

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Lorsque le CERN a mis en marche son grand collisionneur de particules (LHC), certains croyaient qu’il allait engendrer un trou noir puis l’apocalypse. Ils avaient presque raison. Le LHC a bien des ratés et le boson de Higgs transforme ceux qui l’approchent en terrifiants zombies affamés de chair humaine. Tel est en tout cas le scénario de «Decay», un film disponible gratuitement sur le Web depuis samedi. Le plus fort? Ce long-métrage de 1 h 15 a été tourné au CERN, durant deux ans, sans aucune autorisation!

La fiction gore est née dans les cerveaux d’une poignée d’étudiants en physique britanniques travaillant au centre de recherche franco-genevois. Leur film – en anglais – utilise les recettes du genre: une alerte dans le collisionneur, des étudiants envoyés dans des sous-sols lugubres, des hurlements, de la peur, des morts-vivants cannibales et un déluge d’hémoglobine avec explosions de cervelles et autres tournevis plantés dans le crâne. Il contient des répliques qui ne passeront pas toutes à la postérité: «On doit stopper le LHC!» «Higgs les a tués!» Reste que pour un film amateur au budget affiché de 3000 francs, c’est plutôt une réussite.

«Nous ne savions pas que ce tournage avait eu lieu car il n’y a eu aucune demande d’autorisation», explique James Gillies, directeur de la communication du CERN. «Ces étudiants nous ont montré le scénario après le tournage. Nous n’avons pas autorisé le film car le directeur du CERN y apparaît comme une sorte de sale type sans éthique… Mais on ne l’a pas interdit non plus. L’important pour nous est de souligner que les scènes ont été prises dans les sous-sols du site genevois du CERN, mais évidemment pas dans le tunnel du collisionneur, qui est hautement sécurisé.»

Lancés il y a deux jours sur decayfilm.com ou YouTube, les zombies du CERN ont déjà été vus des dizaines de milliers de fois et ont l’honneur de la presse internationale: la BBC, Wired, Die Welt, NBC. Decay profite de son côté prohibé: il débute par l’avertissement: «Ce film n’a pas été autorisé par le CERN.» Et joue sur la peur de la science: «La plus grande découverte scientifique pourrait aussi être la dernière», dit l’affiche. Au final, le CERN est d’ailleurs tout sauf fâché. «On n’accepte habituellement que les tournages qui donnent une image positive des chercheurs. Dans «Anges et démons», avec Tom Hanks, certains aspects scientifiques étaient discutables mais l’héroïne était une belle et brillante physicienne», rigole James Gillies. «Mais je dois avouer que cette histoire de zombies nous offre un joli coup de pub.» (Le Matin)

(Créé: 12.12.2012, 08h41)

Sondage

La retraite à 67 ans est-elle envisageable?





Sondage

Que pensez-vous des places de cinéma numérotées comme au théâtre?





Sondage

Pensez-vous qu'Hillary Clinton soit encore en mesure de battre Donald Trump?




Sondage

Vous sentez-vous floué par les mesures eurocompatibles du Conseil national sur l'immigration?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.