ACCUEIL 24.7.2014 Mis à jour à 10h20

La cité balnéaire de Hitler sera transformée

Allemagne

L'Allemagne ne sait pas quoi faire d'un embarrassant héritage du IIIe Reich: en Mer Baltique, Hitler avait fait construire un énorme complexe balnéaire, le «colosse de Ruegen». Un projet hôtelier relance le débat.

Mis à jour le 10.06.2012

1/5 Vue aérienne des 4.5 kilomètres du complexe du «colosse de Ruegen» de Prora, sur l'île Baltique de Ruegen.
Image: Keystone

   

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

Sur une île de la Baltique, une barre d’immeubles de 4,5 km de long, construite avant-guerre pour les vacances des ouvriers du Reich, pose un casse-tête aux élus de ce haut lieu du tourisme allemand.

"Il faut faire quelque chose de ce machin", lâche Bernd, un fonctionnaire qui veut taire son nom, en se promenant le long du gigantesque complexe installé à Prora (à 300 km au nord de Berlin), sur l’île de Rügen.

Plus de 20 ans après la Réunification, peu d’Allemands connaissent l’existence de ce vestige architectural de l’Allemagne nazie, qui s’était lancée dans le développement du tourisme de masse.

L’Allemagne "gère assez difficilement cet héritage", admet Sabine Sakuth, guide au centre de documentation de Prora. "Ce complexe était relativement méconnu sous la RDA. Après la Réunification, l’Etat n’avait qu’une idée: vendre ce lieu. Il n’y avait pas de projets", se souvient-elle.

Pour en faire quelque chose, "il faut de l’argent. Et de l’argent il n’y en a nulle part", soupire-t-elle. Construite entre 1936 et 1939, la "cité balnéaire des 20.000", du nombre de lits qu’elle devait abriter, répondait à un projet "social" des nazis qui voulaient attirer les ouvriers vers des vacances 100% homologuées par le régime.

Inauguré trois mois avant le début de la Seconde Guerre mondiale, le site n’a jamais ouvert au public. Hitler voulait en faire un hôpital militaire en cas de conflit.

Classé depuis 1993

Après 1945, décrété zone militaire par les soviétiques, puis par l’armée est-allemande qui l’utilise comme caserne pour ses parachutistes, il ne figure plus sur aucune carte. Aujourd’hui, des pans entiers de ce "Colosse de Rügen" de briques, aux fenêtres éventrées, menacent de tomber en ruine. Il n’est pourtant pas question de le faire sauter: le bâtiment est un patrimoine classé depuis 1993.

La reconversion du site est un sujet d’agacement pour le maire Carsten Schneider. "C’est un dossier qui donne des maux de ventre. Ces 20 dernières années il n’a été question que de spéculation immobilière, aucun projet n’a jamais abouti."

Car la rénovation de cette "forteresse" serait tellement coûteuse qu’il semble difficile de la rentabiliser. Le simple ravalement d’un des cinq blocs est estimé à plusieurs dizaines de millions d’euros.

Une auberge de jeunesse, l’une des plus grandes d’Allemagne avec 400 lits, a pourtant ouvert l’année dernière sur une portion de 150 mètres, après deux ans de travaux. La rénovation des murs, achetés pour un euro symbolique, a absorbé 27 millions d’euros, dont des fonds européens.

A cet endroit, l’ancien complexe nazi, désormais connecté à internet, accueille des écoliers et des familles. Il affiche une façade d’un blanc éclatant qui comprend 820 fenêtres neuves.

Hôtel et spa

Son responsable Dennis Brosseit admet que ce bâtiment "pose question". "Il témoigne de cette folie. Certains le trouvent laid, mais il a son histoire et nous devons la respecter", insiste-t-il.

Le dernier investisseur en date, un Berlinois, a déboursé 2,75 millions d’euros pour l’un des cinq blocs du complexe qui avait été acquis pour 120'000 euros par le précédent acheteur.

Il projette un complexe touristique avec appartements, hôtel, spa, là où la mairie aurait souhaité "une école de tourisme ou une université de la mer pour attirer la jeunesse". Des travaux doivent démarrer courant juin. (afp/Newsnet)

Créé: 10.06.2012, 09h22

Sondage

Pensez-vous que Robert Downey Jr. mérite d'être l'acteur le mieux payé d'Hollywood?




Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne