Dimanche 26 mars 2017 | Dernière mise à jour 23:42

Interview exclusive Mais pourquoi est-il aussi méchant?

S’il a quitté la presse et le canapé de Drucker, Philippe Geluck n’a jamais été aussi occupé. Le 19e tome de son matou vient de paraître et ses œuvres, toiles et sculptures seront exposées à Lausanne. Rencontre.

Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le portable se met à sonner. L’indicatif est belge. «Bonjour, c’est Philippe Geluck. Vous êtes dans le coin?» Première indication de taille: quand le papa du Chat le plus impertinent de la planète vient causer de lui à Genève, il voyage seul. Quelques tomes sous le manteau, un béret sur le crâne, des lunettes rondes sur le nez et un large sourire sur le visage. Sans surprise, l’auteur le plus vendu de la maison Casterman a l’air aussi gentil que son Chat est méchant. Un vrai bon type de 60 piges qui prend toujours un plaisir un peu pervers à aiguiser la gouaille de sa boule de poils à gros pif. Pire! Depuis plus de trente ans qu’il donne sa langue au Chat, Geluck n’a jamais été aussi virulent, pertinent (et attachant). Cette fois, «Le Chat passe à table». Un double album édité à l’italienne (format A5) dans lequel rien ni personne n’est épargné. Mariage gay, euthanasie, crashes d’avion, handicapés, érection matinale, le tout, emballé dans un humour aussi bien fin que gras. Geluck ne choisit pas, il balance, sans formule de politesse, mais sans scandale non plus.

C’est fou comme on pardonne tout au Chat!

N’est-ce pas? Ce qui est fou, surtout, c’est qu’en télé j’ai fait ou dit des choses d’une insolence folle dans ma carrière! Je ne sais pas… (Il réfléchit.) Ma bonne mine excuse tout? (Rires.) J’ai planté mes griffes progressivement, en Belgique, avant d’être connu en France. Ça peut aider. Je n’ai pas débarqué sur un plateau d’un jour à l’autre en tapant sur mon voisin. Mais on a brisé tellement de tabous à l’époque. Quand je suis arrivé chez Drucker, j’ai dû un peu limer les griffes. Mais elles ont très vite repoussé.

Vous êtes un peu frustré de ne pas avoir eu de «polémique Geluck»?

Ah, ah, non, je ne crois pas. Je ne suis pas au front. Je n’affirme jamais les choses. Avec «Le Chat», je laisse le lecteur se faire sa propre idée d’un sujet.

Oui, mais vous ne lui offrez pas beaucoup de choix…

C’est vrai (Rires.) J’essaie quand même de mener le public où «Le Chat» le désire.

Pourquoi publier un tome tous les ans? Vous avez encore peur qu’on vous oublie?

Je crois surtout que «Le Chat» a une responsabilité. Son public compte sur lui. Il lui fait encore beaucoup de bien. A Noël, il faut un tome sous le sapin, c’est complètement fou.

Le plaisir du public passe donc avant le vôtre aujourd’hui?

Ah, non! Si je ne m’amuse plus, ça se voit et le résultat serait catastrophique. J’ai toujours des choses à dire. Les sujets sont infinis.

Vous ne pouvez jamais vous empêcher de vous dessiner, quel narcissique vous faites!

Il y a sans doute un peu de ça. Je montre qu’il y a un patron et que le patron, c’est moi!

Faire dire des horreurs au Chat, c’est votre défouloir?

Il a son propre caractère. Bien sûr que je pense comme lui, mais peut-être que je ne le formulerais pas comme ça. Je ne vis pas un dédoublement de personnalité. «Le Chat», c’est un boulot. Agréable, mais un boulot. Que je pourrais arrêter quand je veux.

Vous pourriez vraiment tuer votre matou?

Je l’ai déjà tué plusieurs fois dans mes albums, mais il ne mourra jamais!

Qu’est-ce que le Chat pense de l’affaire Nabilla?

Il pourrait remplir plusieurs pages! Cette histoire me fascine comme elle m’attriste. La télé-réalité fait de drôles de ravages…

Du 27 novembre au 20 décembre, Geluck expose ses toiles, objets et statues à la Galerie Catherine Niederhauser, à Lausanne. (Le Matin)

Créé: 18.11.2014, 12h02

Powered by wingit

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.