Mercredi 28 juin 2017 | Dernière mise à jour 12:29

Lausanne La plus grosse vente aux enchères de street art en Suisse

S’offrir un Banksy, un Blek le rat ou un Miss Van, c’est possible grâce à Jean-Philippe et Romain, caution urbaine de la maison Galartis.

Infos

Du mardi 1er au vendredi 4 décembre
Exposition des œuvres avec médiation culturelle à l’Espace des Télégraphes, au Flon. Côtes-de-Montbenon 16, 1003 Lausanne. Ouvert de 10 h à 19 h.



Jeudi 3 décembre
Dès 18 h, vernissage et performances d’artistes à l’Espace des Télégraphes.


Dimanche 6 décembre
A 16 h, vente aux enchères de la collection à l’Hôtel des ventes Galartis de Crissier. Il sera également possible de suivre la vente en live sur le Net.

Infos et catalogue complet: www.galartis.ch

LE COUP DE CŒUR DE JEAN-PHILIPPE

«Maye a réussi à s’affranchir de la rue en passant à la toile. Il a une production annuelle très faible, mais d’une qualité exceptionnelle. Il est hyperreconnu dans son milieu, et comme on ne le voit pas partout, c’était important de le mettre en avant. Un talent pareil, ça ne peut être mis de côté.» (Image: DR)

LE COUP DE CŒUR DE ROMAIN

«Une critique de la société de consommation et du luxe via cette affiche publicitaire retravaillée par l’espagnol Vermibus. L’icône Kate Moss usée à l’acide et au solvant, ces agents qui attaquent son image et le message derrière… C’est une œuvre très forte.»

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après une première vente couronnée de succès en juin 2015, la maison Galartis revient avec une vente d’art urbain s’engouffrant ainsi dans une brèche de l’art qu’on ne peut plus nier.

Dans sa galerie lausannoise, Catherine Niederhauser, directrice associée de Galartis, raconte: «Avec la vente de juin, on a fait des émules. On a un rôle de pionniers en Suisse.» Elle précise le côté professionnel de cet événement, alors que pour les néophytes, ces œuvres pourraient passer pour de simples graffitis. «On est une maison de vente aux enchères. Ici, on applique la méthode catalogue, mise en valeur, exposition. Ce n’est pas parce que ça vient de la rue et que c’est plus fun qu’on procède avec moins de sérieux.» Pour bien faire, Catherine Niederhauser s’est entourée de Coutant Quéreux, 34 ans, et Romain Perrot, 27 ans, coresponsables de cette vente et de l’expo qui la précède.

«Des pièces pour tout le monde»

«C’est important de voir l’évolution des street artistes aujourd’hui. Les graffitis ne sont plus seulement des lettrages», explique Jean-Philippe, en prenant pour exemple la toile de Crash, un pionnier du milieu. Romain renchérit: «Il y a également l’influence des comics. Crash est très coté aujourd’hui, il a fait une guitare pour Clapton qui s’est vendue 150 000 dollars.» On leur demande une comparaison. «Evidemment personne n’est plus coté que Banksy», répond Romain, amusé. «Banksy, on en a un! C’est un pochoir original qu’il a fait sur une pochette de vinyle», ajoute Jean-Philippe.

Les deux sont convaincus qu’il y a un marché pour toutes les tranches de prix et de personnes. «En juin, on a vendu des pièces à partir de 300 francs et jusqu’à 150 000 francs, il y a des pièces pour tous les publics. Et ceux qui peuvent s’offrir les pièces les plus coûteuses sont déjà au courant du potentiel de l’art urbain et se positionnent déjà sur certaines œuvres.» Concernant des artistes comme Invader, c’est un peu plus compliqué. «On a des sérigraphies, une mosaïque, ce sont des originaux qui n’ont pas été arrachés de la rue. Il y en a beaucoup qui circulent, mais nous, on ne cautionne pas ça», dit Romain. Au sujet d’un autre grand nom du genre, Shepard Fairey - OBEY, il précise: «On a pas mal de ses œuvres en rapport avec la musique, le skate, le punk», tout en relevant son art engagé. Il y a aussi des Suisses dans cette vente! «On essaie aussi de promouvoir cette scène qui est sous-représentée au niveau mondial, explique Romain. Il y a beaucoup de graffeurs très talentueux dans notre pays, Nada One, Thierry Furger, Lezaone, Jazi ou JasmOne.» Jean-Philippe ajoute: «On est très contents de les faire rayoner. Prenez les OneTruth, on les a mis en avant et là, ils viennent de faire la plus grande fresque suisse sur un immeuble de Zurich»!

Quand aux acheteurs potentiels, ce sont plus des collectionneurs que des musées qui «n’achètent pas encore, c’est en voie d’institutionnalisation»… Prenez donc ça, comme une dernière opportunité de vous offrir le Picasso de demain… Adjugé! (Le Matin)

Créé: 26.11.2015, 10h56


Sondage

La RTS ne diffusera plus les matches de la Ligue des champions et de la ligue Europa. Faut-il diminuer la redevance TV?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters