ACCUEIL 30.10.2014 Mis à jour à 15h58

L'histoire américaine de soldats nazis révélée

Livre

Un historien raconte une page méconnue de la Seconde Guerre mondiale: la création de plus de 500 camps d’internement de soldats allemands aux Etats-Unis dès 1942, dans lesquels régnait parfois la terreur.

Mis à jour le 31.05.2012
En 1937, Adolf Hitler serre la main de sa troupe d'élite SS sous le regard de Heinrich Himmler.

En 1937, Adolf Hitler serre la main de sa troupe d'élite SS sous le regard de Heinrich Himmler.

Apocalypse, partie 1

Partager & Commenter

Plus de 500 camps d’internement de soldats allemands ont surgi aux Etats-Unis à partir de 1942, les plus fanatiques y faisant régner la terreur, une page méconnue de la Seconde guerre mondiale explorée dans un livre stupéfiant, "Prisonniers nazis en Amérique" (Acropole).

Chasseur d’archives inédites et coauteur de séries documentaires télévisées à succès comme "Les Grandes Batailles" ou plus récemment "Apocalypse" (voir extrait ci-contre), Daniel Costelle s’est appuyé sur les récits de témoins directs, anciens prisonniers ou gardiens, et sur des documents d’époque, pour retracer le destin de ces quelque 380'000 soldats capturés par les Alliés et envoyés dans des camps au sud des Etats-Unis.

Il décrit en particulier comment les prisonniers nazis ont exporté avec eux leur fanatisme et semé la terreur dans ce monde des camps au cœur de l’Amérique. Chants et salut nazis, drapeaux à croix gammée, portraits d’Hitler, tout y était autorisé, relève l’auteur qui explore depuis plus de 30 ans les archives des grands conflits du XXe siècle.

Les Américains ont respecté la Convention de Genève sur les prisonniers de guerre au point de laisser proliférer l’idéologie nazie, explique-t-il.

Et les antinazis se sont retrouvés sous le joug de leurs compatriotes les plus fanatisés qui les terrorisaient et éliminaient ceux qu’ils considéraient comme des traîtres. Pour arrêter ces assassinats, les autorités américaines ont décidé de créer des camps séparés, explique Daniel Costelle.

Beaucoup tentent aussi de s’évader, parviennent à disparaître ou se font reprendre par méconnaissance de l’anglais ou de la vie locale. Ainsi, un Allemand en fuite est capturé en s’asseyant au fond d’un bus, parmi les sièges réservés aux Noirs dans l’Amérique des années 40.

La découverte des camps de concentration et des atrocités commises contre les civils en Europe va durcir les conditions de détention.

Lors de leur retour vers le vieux continent en 1946, la France va aussi réclamer des prisonniers pour déminer les plages ou aider à la reconstruction du pays, indique l’auteur.

Un chapitre évoque aussi le sort bien différent des prisonniers de guerre selon les pays. Leur nombre total s’élèverait approximativement à 18 ou 20 millions, selon les études les plus récentes sur la Seconde guerre mondiale, indique dans sa postface le colonel Frédéric Guelton, historien militaire.

L’ouvrage illustré de photos est aussi préfacé par l’historien Jean-Paul Bled. En plus de ses documentaires pour la télévision, Daniel Costelle a publié une quinzaine d’ouvrages.

"Prisonniers nazis en Amérique" - Daniel Costelle - Editions Acropole - 364 p. (afp/Newsnet)

Créé: 31.05.2012, 12h14

Personnalitweet