Londres 2012 Guerdat est «l'homme le plus heureux au monde»

Tout juste auréolé de son titre de champion olympique, le cavalier jurassien a confié son immense bonheur et avoué que c'était le plus beau jour de sa vie.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'introverti Steve Guerdat a exprimé tout son bonheur après avoir offert à la délégation suisse son deuxième titre dans les JO 2012. «Je suis déjà l'homme le plus heureux au monde», lâche-t-il.

Que ressentez-vous ?

«Je suis fier. J'ai la chance de me retrouver sous les feux des projecteurs avec Nino, mais il y a aussi une grande équipe qui travaille tellement dur pour moi. Je sais que je ne suis pas toujours facile à vivre. Je suis donc fier d'avoir pu leur donner quelque chose en retour. C'est une famille de 15 personnes qui a gagné aujourd'hui (mercredi).»

Est-ce le plus beau jour de votre vie ?

«Oui! Il y a d'autres choses tout autant importantes dans la vie. Mais j'aime le sport. Je vis pour cela, pour ma passion, pour les chevaux.»

Vous êtes-vous dit que vous alliez devenir champion olympique en vous levant ce matin (mercredi matin) ?

«Je ne peux pas dire que je savais que je serais champion olympique. Mais j'ai pensé toute la journée à la quête d'une médaille. Je n'ai pas pensé à ce qui se passerait si je ne terminais pas sur le podium. J'étais confiant et n'étais pas nerveux. Il n'y avait que cela dans ma tête: prendre une médaille.»

Votre cheval Nino des Buissonnets a la réputation d'être impatient. Comment gérez-vous cela ?

«Il a l'air plus dur à monter qu'il ne l'est réellement. Nous avons mis du temps à nous comprendre, à avoir confiance l'un en l'autre. C'est un cheval puissant, qui n'est pas toujours facile à gérer notamment entre les obstacles. Mais l'important, c'est que cela fonctionne sur les obstacles. Je suis fier pour Nino. Je dis depuis un an qu'il est un phénomène. Je savais que c'était un sacré cheval. C'est fantastique pour lui. Il va rester dans les livres d'histoire.»

Quelle est l'importance de votre père dans ce sacre ?

«Il fait partie de ces personnes qui font tant pour moi. Lui est là depuis toujours. Il signifie tellement pour moi. Il n'est plus mon entraîneur, mais me soutient jour et nuit. C'est tellement important d'avoir quelqu'un de si fort à mes côtés.»

Comment avez-vous gardé votre motivation lorsque vous aviez quitté Jan Tops en 2006 et que vous n'aviez même plus de cheval de haut niveau?

«J'aime monter. Si j'avais dû disputer des concours de niveau national pendant cinq ou six ans, je l'aurais fait. J'avais du plaisir à gagner même dans de petits concours. Mon but était de me retrouver là un jour. C'est un rêve d'y être arrivé aussi vite.»

Vous disputez vos troisièmes JO à trente ans seulement. Imaginez-vous pouvoir mener une carrière aussi longue que le Canadien Ian Millar, qui participe à ses dixièmes Jeux à l'âge de 65 ans?

«J'ai du plaisir à monter, et ne vais donc pas m'arrêter maintenant. J'adore ça. J'ai envie de dire que je veux faire cela pour le reste de ma vie. Peut-être cela va-t-il évoluer, mais pour le moment, je suis heureux comme cela.»

Ce titre va-t-il changer votre vie?

«Je ne veux pas qu'il change ma vie. Je suis déjà l'homme le plus heureux au monde. J'aime ce que je fais, et je ne le fais pas pour qu'on parle de moi. Je veux rester le même, et ne demande rien de plus.»

(si/nxp)

(Créé: 08.08.2012, 21h08)

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne