ACCUEIL 2.12.2016 Mis à jour à 20h33

Londres 2012 Les spectateurs des JO priés de se calmer sur Twitter

Les organisateurs promettaient les Jeux olympiques les plus connectés de l’histoire, mais après quelques jours, le réseau peine à suivre.

Aux JO, il est interdit de prendre des photos ou d'enregistrer vidéos pour les partager sur internet.

Aux JO, il est interdit de prendre des photos ou d'enregistrer vidéos pour les partager sur internet. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Pour la première fois, un réseau wi-fi est à la disposition des spectateurs des JO dans les différents lieux de la compétition. Ce printemps, British Telecom, en charge de l’infrastructure communication des JO, bombait le torse. La bande passante allouée aux Jeux de Londres serait sept fois plus grande que celle mobilisée à Pékin en 2008.

Manifestement insuffisant. Samedi déjà, un afflux massif de messages sur Twitter a perturbé la retransmission d’une course cycliste. La congestion du réseau a privé la presse de mises à jour sur la position des coureurs.

Du coup, le Comité international olympique (CIO) lui-même a demandé aux spectateurs des Jeux de se calmer sur les réseaux sociaux. «Si vous voulez envoyer quelque chose, nous n'allons pas dire: ne le faites pas. Mais si ça n'est pas urgent, merci d’y aller mollo», a déclaré un porte-parole du CIO à l’agence Reuters.

#copyrightmadness

C’est une demande et pas un ordre adressé aux spectateurs déjà passablement fliqués pour l’occasion. Il leur est par exemple interdit de prendre des photos et des vidéos dans l’enceinte des compétitions pour ensuite les poster sur internet. Ce règlement, imprimé sur les billets d’entrée des Jeux, est le même pour les athlètes.

La raison est double. D’une part, les organisateurs veulent éviter toute concurrence avec les médias partenaires. Et d’autre part, il n’est pas question que des marques qui ne sont pas partenaires officiels des JO puissent être associées à l’événement. Cela vaut pour les céréales avalées au petit-déjeuner, comme pour les équipementiers et autres sponsors des athlètes.

Sur Twitter, le mouvement de grogne contre ce flicage généralisé rassemble public et athlètes sous le hashtag #copyrightmadness. (nxp)

(Créé: 31.07.2012, 11h55)

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.