Jeudi 25 août 2016 | Dernière mise à jour 04:39

Choc Des femmes sont licenciées parce qu’elles deviennent mères

Elles reviennent au travail à la fin de leur congé maternité et apprennent qu’elles n’ont plus de poste.

Lorsque son congé maternité prend fin, la femme n’est plus protégée par la loi.

Lorsque son congé maternité prend fin, la femme n’est plus protégée par la loi. Image: Thomas Victor/plainpicture

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le phénomène, parfaitement légal, prend de l’ampleur. Les employées enceintes et en congé maternité sont protégées par la loi, mais dès leur retour au travail, elles peuvent être licenciées, comme n’importe quel travailleur.

Et certains employeurs, les soupçonnant d’être moins efficaces en devenant mères, ne se privent pas de ce droit. Certains vont jusqu’à virer ces mamans le jour même de leur retour au boulot. Audrey Schmid est secrétaire syndicale chez Unia, à Genève, depuis quatre ans.

Elle estime être confrontée à ce type de cas une fois par mois en moyenne. Elle précise que ces licenciements ne sont le plus souvent pas liés à une demande de réduction du temps de travail.

Pour Valérie Borioli Sandoz, de Travail Suisse, c’est une absurdité: «L’employeur perd une employée expérimentée qui donne satisfaction et il devra supporter des coûts énormes pour la remplacer.»

Pour en savoir plus, consultez le nouveau site du Matin Dimanche, www.lematindimanche.ch, sur votre ordinateur personnel, votre tablette ou votre smartphone. L’application Le Matin Dimanche est toujours disponible sur iPad. (Le Matin)

(Créé: 20.02.2016, 22h41)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.