Dimanche 11 décembre 2016 | Dernière mise à jour 06:02

Témoignages «On est des morceaux de viande»

Le harcèlement de rue n'épargne pas la Suisse. Rencontre avec des jeunes femmes qui subissent au quotidien remarques, insultes et regards appuyés.

Le harcèlement de rue est devenu, depuis quelques années, un cheval de bataille féministe à travers le monde.

Le harcèlement de rue est devenu, depuis quelques années, un cheval de bataille féministe à travers le monde. Image: JackF / Fotolia

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Parfois, ce n'est «pas bien méchant»: un «ma jolie» par ici, un «t'as de beaux yeux» par là. Mais souvent, cela va plus loin: insultes en cas de réaction négative («sale pute», «salope», «de toute façon, t'es moche»), pistage, main aux fesses.

Pour comprendre la réalité du harcèlement de rue, nous avons rencontré une dizaine de Lausannoises entre 15 et 25 ans. Leurs récits sont effarants, et témoignent des petites et grandes agressions qu'elles subissent au quotidien, au point qu’elles les considérer quasi comme normales.

Un affaire de domination

Pour la féministe Coline de Senarclens, les harceleurs ne cherchent pas à entrer en contact avec ces jeunes femmes, mais au contraire à les exclure pour asseoir leur domination.

Pour en savoir plus, consultez le nouveau site du Matin Dimanche, www.lematindimanche.ch, sur votre ordinateur personnel, votre tablette ou votre smartphone. L’application Le Matin Dimanche est toujours disponible sur iPad. (Le Matin)

(Créé: 31.01.2016, 09h04)

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.