Jeudi 1 septembre 2016 | Dernière mise à jour 02:02

France 65% des Français n'aiment pas les syndicats

Ils seraient trop nombreux, trop politisés et peu représentatifs, selon un sondage.

Manifestation de la CGT le 4 février 2016 à Paris (France).

Manifestation de la CGT le 4 février 2016 à Paris (France). Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Deux tiers des Français (65%) ont «une mauvaise opinion des organisations syndicales en général», six sur dix (59%) ne leur faisant pas confiance pour «défendre les intérêts des salariés», selon un sondage Odoxa publié dimanche dans le Parisien - Aujourd'hui en France.

Sans surprise, le jugement est bien plus sévère chez les sympathisants de droite (hors FN) interrogés, dont 81% disent avoir une «mauvaise opinion» des syndicats, que chez les sympathisants de gauche (56% d'opinions favorables).

Chez les sympathisants du Front national, près de sept personnes sur dix déclarent avoir une mauvaise opinion des organisations syndicales.

«Trop politisés»

La majorité du panel considère que les syndicats sont «trop politisés» (77%), «trop nombreux» (68%) et «éloignés des réalités du terrain» (59%), quand seulement 37% des sondés les jugent «représentatifs des salariés» et 26% «efficaces», ce qui n'empêche pas que 56% les jugent «utiles».

Le dialogue social entre les syndicats et le patronat s'avère «un atout» pour 40% des sondés, 23% l'assimilant à «un frein» et 37% estimant qu'il «n'a pas d'effet».

Pour près de 7 personnes sur dix, les syndicats doivent «aujourd'hui» privilégier «la recherche de solutions négociées et de propositions» plutôt que la «défense des droits des salariés par la lutte» (31%).

Les principaux syndicats se sont réunis cette semaine en intersyndicale pour discuter du projet de loi El Khomri sur le droit du travail, ce qui n'était pas arrivé depuis 2013.

Référendums d'entreprises

Pour un peu plus de la moitié (52%) des personnes interrogées, c'est le signe que «cette réforme est fondamentalement mauvaise pour les salariés».

Une opinion surtout partagée par les sympathisants de gauche (67%) et du Front National (62%), contre 30% chez les sympathisants de droite.

Près de sept sondés sur dix se disent par ailleurs «favorables» aux référendums d'entreprise prévus par le projet de loi en cas de négociations (salaires, horaires, temps de travail) bloquées entre les syndicats et la direction, dont 64% des sympathisants de gauche, 83% des sympathisants de droite et 61% de ceux du FN.

L'enquête a été réalisée en ligne le 25 février auprès d'un échantillon de 996 personnes de 18 ans et plus (méthode des quotas). (afp/nxp)

(Créé: 28.02.2016, 00h54)

Sondage

Faire honte pour lutter contre l'alcoolisme, est-ce une bonne idée?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.